Par Marco Polisson

Le dernier jour de 2020, cette funeste année de la double peine* coïncide avec les 6 mois d’exercice du pouvoir des Verts. Et c’est la douche froide pour les écolo-communistes déjà discrédités et détestés. Premier épisode 2021 de la série #Lyon écolo.

Déprime générale chez les écolos. La réalité a douché leur enthousiasme, forcés de constater que ces 180 jours ont mis en relief leurs mensonges et leurs turpitudes (cumul des mandats, clientélisme et conflits d’intérêts, emplois familiaux, poursuites judiciaires en préparation), leurs reniements (bétonnage de la clinique Trarieux à Montchat, fermeture des musées, OL Valley), et le caractère totalitaire de leur mode de gouvernance.

Dernières victimes en date, Pascal Blache, maire de Lyon 6ème (lire ici l’article sur l’aménagement arbitraire du cours Vitton) et Gilles Gascon, maire de Saint-Priest. Ce dernier a dû retirer sa candidature à la présidence du SMDIS (les pompiers, ndlr) après avoir reçu la menace qu’aucun investissement métropolitain ne serait réalisé dans sa commune s’il maintenait ses prétentions légitimes : le plus gros centre de secours se trouve sur sa commune… La secte verte qui a réussi à imposer une novice Zemorda Khelifi, élue avec 8 voix sur 22 (quelle légitimité !), ne gouverne que pour les 18% de nouveaux Lyonnais qui ont voté pour elle.

Mi-novembre, c’est au tour de Rillieux-la-Pape de s’opposer aux oukases de Bruno Bernard, président écolo de la Métropole, dont les services avaient entrepris de construire une piste cyclable sans en avertir le maire Alexandre Vincendet qui s’est opposé au tracé retenu. Quant à Véronique Sarselli, maire de Sainte Foy les Lyon, c’est dans la presse qu’elle a appris que le projet de télécabines qui passe par sa commune était définitif ! Ce ne sont pas des cas isolés. Dans toute la métropole, les incidents entre les maires et l’exécutif écolo se multiplient. Mais c’est à Lyon que l’emprise et les méthodes totalitaires de la secte verte rebutent le plus.

Jamais en six mois, un nouveau maire ne s’est autant fait détester par les Lyonnais ! Notre ville est fracturée et divisée comme jamais

Et ça a commencé très fort avec les militaires suite à l’interdiction du survol de Lyon par la patrouille de France le 13 juillet, un évènement sur lequel le cabinet du gouverneur planchait depuis trois mois… Dans le même registre, sa décision de porter plainte contre les artificiers amateurs du 8 décembre a ligué toute la ville – et surtout la jeune génération – contre lui. Devenu la tête de Turc préférée des réseaux sociaux, il s’est adjoint des élus encore plus dogmatiques que lui, à l’image de Rémi Zinck, maire de Lyon 4 ou de Samuel, son adjoint en sandales.

Ce sont ensuite les automobilistes qui ont été confrontés à de nouvelles voies interdites à la circulation provoquant des embouteillages et aggravant la pollution dans toute la ville. Après le chemin neuf, la montée de la boucle, et le cours Vitton, la rue de la Martinière (désormais défigurée par des dizaines de bornes blanches) le cyclomaire et son complice Bruno Bernard, viennent d’implanter une piste cyclable sur le pont Poincaré et bientôt le boulevard de Stalingrad… Avant de s’attaquer aux tunnels de la Croix-Rousse et de Fourvière. Sans concertation, ils ont également décidé de supprimer le dépose-minute de la gare Part-Dieu et de piétonniser une portion du cours Charlemagne. La mise en place de radars covoiturage sur l’A6 et l’A7 en pleine pandémie les a définitivement discrédités.

Mais les observateurs de la politique lyonnaise se souviennent que ce sont auparavant les catholiques qu’il a délibérément heurtés, après son refus de perpétuer la tradition du vœu des échevins à la basilique Notre Dame de Fourvière, et en posant la première pierre d’une mosquée le lendemain à Gerland… Absent de la cérémonie d’installation du nouvel archevêque de Lyon (le covid19 lui a épargné ce qu’il considère comme une corvée anti-laïcité), celui qui s’est fait tancer sur les réseaux sociaux pour ne pas avoir voulu prononcer le mot « Noël » dans ses vœux doit faire la connaissance de Monseigneur Olivier de Germay à l’archevêché, le 15 janvier.

Jamais en retard d’une polémique inutile, c’est aussi au tour de France qu’il s’en est pris en qualifiant la plus belle compétition cycliste hexagonale de « machiste et polluant » ! Même le patron des Verts a fustigé ses propos : « Je suis fatigué de ces prises de parole et de ce mépris de classe », a déclaré Yannick Jadot sur l’antenne de France Info alors qu’un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé à la rentrée pour France Info et Le Figaro confirme la dégradation de l’image des Verts.

Lyon, capitale de la résistance ou de la collaboration ? 

L’impopularité grandissante des élus verts inquiète jusqu’au sommet de la préfecture du Rhône qui assiste à l’augmentation des actes de désobéissance civique, dont le signal a été donné par les supporters avec leur magnifique feu d’artifice tiré le soir du 8 décembre. Le petit Grégory ne s’y est pas trompé et a déclenché des poursuites judiciaires dans l’espoir de mater la rébellion qui s’annonce. Mais c’est trop tard, car si certains ont choisi la voie de la collaboration, nombreux sont les Lyonnais déjà rentrés en résistance…

Allez courage, chers lecteurs, plus que 5 ans et 7 mois à tenir ! Compte à rebours de la Libération en ligne sur la home page de notre site.

*covid19 + victoire des Verts

 

* # SÉRIE LYON ÉCOLO – LES ÉPISODES DE LA SAISON 2020

# épisode 0 La fortune cachée de Bruno Bernard > à visionner ici

# épisode 1 Le dessin du petit Grégory pour la fête des mères > à visionner ici

# épisode 2 Le petit Grégory découvre l’Hôtel de Ville > à visionner ici

# épisode 3 Le caprice du Petit Grégory contre la Patrouille de France. « Pas beau l’avion ! » > à visionner ici

# épisode 4 Samuel adjoint écologiste en tong et risée des internautes > à visionner ici

# épisode 5 Vœux des Échevins. Le petit Grégory ne veut pas rentrer dans une église > à visionner ici

# épisode 6 Tour de France. Grégory Doucet, maillot jaune de la bêtise > à visionner ici

# épisode 7 Le boycott des Trophées de la Gastronomie > à visionner ici

#épisode 8 Le maire de Lyon refuse le stationnement gratuit pendant le reconfinement > à visionner ici

#épisode 9 Piste cyclable du pont Poincaré, nouveau point noir entre Lyon et Caluire > à visionner ici

# épisode 10 Quand le Fond d’urgence culturel tourne au copinage et au conflit d’intérêt > à visionner ici

# épisode 11  Cours Vitton, nouvel exemple d’écologie punitive > à visionner ici

# épisode 12  Radars à gogo. Comment les écologistes vont nous fliquer pendant 5 ans et demi > à visionner ici 

# épisode 13 Feu d’artifice du 8 décembre. Le rabat-joie Grégory Doucet saisit la justice > à visionner ici

# épisode 14 Quand le corbeau Bruno (Bernard) baisse son pantalon > à visionner ici