Par Marco Polisson

Jamais en retard d’une polémique ridicule, le maire des nouveaux Lyonnais a décidé de porter plainte contre les auteurs des feux d’artifice tirés le soir du 8 décembre. Un nouvel épisode de la série beauf #Lyon écolo.

Sur le podium des rabat-joie de l’année 2020, il pourra sans nul doute occuper une place de choix au côté de Bruno Bernard, son mormon collègue de la métropole qui veut mettre en place des radars dans toute la ville pour empêcher les Lyonnais de rouler dans leur voiture de tous les jours, leur SUV ou en véhicules de collection.

Après avoir interdit le survol de la patrouille de France le 14 juillet, le voilà qui s’offusque des quelques fusées tirées sans sa permission, le soir de la fête du 8 décembre, qu’il découvre depuis qu’il est maire ! Heureusement que cette animation a égayé notre soirée, après l’échec de son opération lumignons (nous publions ici le décompte arrondissement par arrondissement).

« Vous n’avez pas demandé la permission !!! » s’étrangle le petit Grégory (Doucet)

Et de publier un communiqué constellé de fautes d’orthographe pour admonester les coupables ! : « Des feux d’artifices ont été déposés furtivement et tirés au cœur du centre-ville sans aucune demande préalable. (…) La réglementation relative à l’usage d’artifice est très encadrée, pour des raisons évidentes de sécurité, et impose à tout organisateur une déclaration en préfecture un mois avant l’événement. Elle est également soumise à autorisation du maire. » écrit-il dans son texte rédigé avec le préfet qui, lui, est dans son rôle.

Décidément, non contents d’avoir la fibre liberticide, les écologistes sont des peines à jouir comme jamais… en pleine dépression après 6 mois de règne marqué par des polémiques ridicules et des poursuites judiciaires. Et leur moral ne va pas aller en s’améliorant : les actes de désobéissance civique se multiplient contre leurs pistes cyclables, leurs radars… et toutes leurs décisions totalitaires.