Par Marco Polisson

(Mis à jour avec les résultats définitifs) Pendant 15 jours, nous avons fait le tour des principaux corps de métiers qui font la richesse et irriguent l’emploi de notre ville. Partout, dans les milieux économiques, le même rejet du bloc écolo-communiste.

Faire l’unanimité contre soi pour le nouveau maire de Lyon, c’est du jamais vu, alors que Grégory Doucet a largement remporté la bataille médiatique puis la bataille électorale, dimanche soir. C’est pour le coup une vraie performance si l’on se souvient du casting des comités de soutien de Gérard Collomb en 2008 et 2014. Même les outsiders Dominique Perben et Michel Havard bénéficiaient d’une bonne cote auprès des acteurs économiques.

Pour l’élection de dimanche, le rejet des candidats écologistes – donnés gagnants par l’ensemble des médias – s’est exacerbé depuis l’alliance avec l’extrême gauche. Ce que traduit ainsi l’avocat David Metaxas : « Je déteste l’alliance Buffet/Cucherat mais reconnaîs que pour Lyon il n’y a pas d’autre alternative. Je n’ai jamais pris parti en politique. Mais bon là: cas de force majeure ».

D’où la création du collectif Acteurs de Lyon. La résistance s’est en effet organisée dès la date du second tour connu. « Après le monde politique la semaine dernière, ce sont des acteurs économiques qui appellent à faire barrage aux écologistes », relate Lyon Capitale. Bien entendu, si l’on écoute les commentateurs, il s’agirait « d’une frange radicale » du patronat surtout après les sorties tonitruantes du chef Christophe Marguin et de l’horloger Jean-Louis Maier. Le podast d’Olivier Minot  (à écouter sur Arte Radio) dans lequel intervient Jean-Louis Maier est un petit bijou radiophonique.

Vu l’ampleur et la diversité de la contestation, on dépasse largement les frontières du microcosme… Disent-ils tout haut ce que les patrons et commerçants pensent tout bas ? Prise de température par catégorie socio-professionnelle.

LE PATRONAT
Pas vraiment bien renseigné, le journal parisien Les Echos affirme que les organisations patronales n’ont pas pris parti, alors que Laurent Fiard, président du MEDEF Lyon Rhône, son DG Jean-Louis Joly et François Turcas, président de la CPME ont clairement mis en cause la vacuité et le danger de leurs propositions (Lyon People de juin, page 14), tout en applaudissant l’union Buffet-Collomb et Cucherat-Blanc.

GASTRONOMIE et RESTAURATION
Jeunes ou vieux, branchés ou tradi, les patrons des bars, hôtels et restaurants lyonnais communient dans la même détestation de la couleur verte. Et pour une fois, il n’est pas question de football mais d’élections. Le chef Fabrice Bonnot, créateur de Soupe en Scène a fait son choix pour le second tour des municipales : pour la mairie du 2e, son vote est clair, il accorde sa confiance à Pierre Oliver.

TOURISME et HOTELLERIE
Nous avons feuilleté le catalogue des promesses électorales des écologistes pour connaitre le futur de la destination Lyon et du secteur touristique. Et ça commence fort avec l’anéantissement du travail réalisé depuis 20 ans par les équipes d’OnlyLyon et de l’office de tourisme pour promouvoir Lyon à l’international. Tollé des professionnels !

IMMOBILIER
Parmi les mesures phares des écologistes : les loyers encadrés. Ce n’est pas le genre de nouvelles qu’affectionnent les investisseurs, petits et grands. La première organisation de professionnels de l’immobilier (présidée par Patrick Lozano) qui représente tous les métiers du secteur tire le signal d’alarme dans nos colonnes.

ETUDIANTS ET JEUNES ACTIFS
Dans notre métropole, la jeune génération soucieuse des enjeux écologiques n’est pas nécessairement verte et s’attache à soutenir aussi d’autres priorités et valeurs. Elle l’affirme haut et fort dans cette tribune initiée par Samuel Soulier et 50 premiers signataires.

INSTITUTIONS LOCALES
Dans une tribune publiée le 19 juin, le président du Département du Rhône et les présidents d’intercommunalités, inquiets de l’alliance formée entre l’extrême gauche et les écologistes, que ce soit au niveau de la Ville de Lyon ou de sa Métropole, appellent à une grande mobilisation des électeurs de toutes les générations

Comment les écologistes vont-ils pouvoir gouverner demain dans ces conditions ?