Par Marco Polisson

Nul besoin d’attendre la rentrée pour constater que l’axe qui relie Caluire et le périphérique nord à la Part-Dieu et aux Brotteaux est en passe de devenir le nouveau cauchemar des automobilistes. Un nouvel épisode de la série #Lyonécolo.

Les milliers de conducteurs qui empruntent chaque jour cette artère vitale s’en sont rendus compte depuis la rentrée. Désormais, même au milieu de la matinée ou de l’après-midi, le bouchon s’étire de Botanic jusqu’au boulevard du 11 novembre. En cause, l’installation par la Métropole d’un passage piétons avec ilot central et l’allongement de la corona piste, en face de l’entrée du parc de la Tête d’Or.

Il fallait y penser : une voie de circulation a été transformée en voie sans issue !

Les automobilistes de la voie gauche se retrouvent dans un cul de sac après avoir franchi le carrefour en direction du périphérique. Sérieux ?

Cette nouvelle installation est totalement accidentogène. Car l’ilot central du nouveau passage piétons est situé pile en face de la voie de gauche du boulevard. Les automobilistes situés sur cette voie se dirigeant vers le périphérique ou Caluire sont obligés de le contourner pour poursuivre leur route, contraignant ceux de la file de droite à s’écarter pour leur laisser le passage. Bien souvent à grands coups de klaxons…

La mise en place de cet équipement intervient après l’installation, il y a 4 mois, d’un autre passage piéton qui occasionne des bouchons le matin pour les automobilistes arrivant du périphérique. A la hauteur de la clinique du Parc, le boulevard a été amputé de la voie de dégagement qui permettait aux automobilistes de bifurquer sur le cours André Philip vers Villeurbanne (photo ci-dessous).

La voie de dégagement en direction du cours André Philip a été supprimée… et zébrée. Comme ses initiateurs…

Nos abonnés ne seront pas étonnés de cette nouvelle, annoncée il y a un an sur notre antenne, après la réduction de voirie du Pont Poincaré. Au-delà de l’inefficacité de ces mesures qui engendrent déjà des embouteillages, du stress et de la pollution, on ne peut qu’être effaré du dogmatisme incessant des écologistes. Il faut désormais entre 5 et 10 minutes pour parcourir cet axe aux heures de pointe.

5 minutes multipliées par des milliers d’automobilistes, nous vous laissons faire le compte en gaspillage de temps et de carburant.

Et ce n’est pas gratuit ! A la métropole comme à la mairie centrale de Lyon, les fonctionnaires sont horrifiés de voir comment l’argent public est dilapidé. L’installation de ce nouveau passage piétons a coûté 100 000 euros au contribuable, a précisé l’écologiste Fabien Bagnon, l’ayatollah du vélo à la Métropole verte.

« Pouvoir jouer du jour au lendemain avec des milliards d’euros, ça leur fait péter les plombs » résume, en off, un haut fonctionnaire de l’administration municipale… au sujet des nouveaux maitres de l’agglomération. Bonne rentrée quand même !