Par Marc Polisson

Il faut donc retenir de cette énième intervention, heureusement un peu plus concise et moins confuse que la dernière, qu’il faudra attendre… début mai pour savoir si nous pouvons ressortir de nos tanières et début juin pour organiser nos grandes vacances.

C’est devant un hémicycle clairsemé, comme l’exigent les nouvelles règles de distanciation, qu’Édouard Philippe a énoncé cet après-midi la stratégie gouvernementale du déconfinement. Avec le verbe « attendre » en maître mot. « Si les indicateurs ne sont pas bons, nous ne déconfinerons pas le 11 mai ! » telle est la phrase la plus importante qu’il faut retenir de la déclaration du premier ministre devant les députés.

Le postulat gouvernemental est clair : le risque d’une seconde vague épidémique a été renforcé par la baisse de vigilance et les comportements irresponsables constatés ces derniers jours à Paris comme à Lyon. Sur nos réseaux sociaux, vous étiez nombreux à souligner que le relâchement des uns – à la Guillotière comme à la Croix-Rousse – et les rodéos des autres – à Rillieux comme à Vénissieux – allaient pénaliser les plus respectueux. Vous aviez raison !

A partir du 11 mai, le gouvernement publiera chaque jour un bulletin météo covid-19 qui précisera sur une carte les départements en vert (où l’on peut sortir) et les départements en rouge (où il faudra rester confiné).

En termes de contamination, il faut également retenir qu’à compter de cette date, toutes les personnes testées positives au Covid19 devront rester confinées 14 jours avec leurs proches et toutes les personnes avec lesquelles elles auront été en contact. Soit chez elles, soit à l’hôtel ! Des brigades d’enquêteurs (infirmiers libéraux et fonctionnaires) feront le suivi des contaminés dans chaque département !

Les commerces vont enfin lever le rideau dès le 11 mai en respectant les gestes barrières. Une bonne nouvelle pour tous les acteurs du commerce local, en particulier pour les concessions automobiles pleines à craquer. A l’exception des centres commerciaux de plus de 40 000 m2 dont l’ouverture sera conditionnée au feu vert du préfet. La Part-Dieu est donc sur la sellette. En revanche, avec une surface commerciale utile de 21 000 m2, The Village (Villefontaine) devrait voir rouvrir ses 80 commerces. Aucune date n’a été annoncée pour la réouverture des bars et restaurants dont les patrons et salariés restent dans l’incertitude.

Les écoles réouvriront le 11 mai pour les primaires, le 18 mai pour les collèges et fin mai pour les lycées. A raison de 15 élèves par classe et sur la base du volontariat. Avec du gel pour les enfants et des masques pour les enseignants.

Charles Couty a soupiré d’aise : les petits musées vont pouvoir accueillir à nouveau leur public. Le Musée Jean Couty, mais également le Musée Gadagne ou le Musée de l’Imprimerie, seront réouverts à partir du 11 mai. En revanche, les cinémas, les salles de concert et les stades restent fermés. Jean-Michel Aulas devra s’y résoudre : la saison de foot ne reprendra pas. Celles de rugby et de basket non plus.

Mauvaise nouvelle également pour Olivier Ginon, président de GL events, et pour tous les gestionnaires de parcs d’exposition, comme le palais des congrès de la cité internationale ou Eurexpo : aucun salon ou évènement public ou privé rassemblant plus de 10 personnes ne pourra se tenir avant septembre. Ce qui induit de fait une bonne nouvelle pour Emmanuel Visantin qui pourra maintenir le festival « Musicales » au Parc des Oiseaux à Villars les Dombes (01) où sont attendus Zazie, Yannick Noah et l’immense Paolo Conte.

Au niveau transport, il ne faudra pas dépasser 100 kilomètres autour de son domicile.

Au-delà, il sera nécessaire de disposer d’une attestation professionnelle ou d’une dérogation. Ce qui signifie concrètement que vous pourrez vous rendre au lac du Bourget (Marc Jean et Bouli respirent !) ainsi qu’à Mâcon et Tournus en Bourgogne (71). Pour le sud, la délimitation tombe Pic à Valence (26), ce qui ne fait pas les affaires des adeptes de Drôme provençale ou de Richerenches. Aucun souci pour les Stéphanois, alors que Clermont-Ferrand est hors de portée. Le couperet tombe à Thiers (63)… capitale de la coutellerie.

Mais quelle distance sera-t-elle retenue pour Lyon-Annecy où se trouvent le Palace de Menton et le Black Bass, fleurons du groupe Lavorel Hôtels ? La distance la plus courte (101 km à vol d’oiseau) ou le kilométrage routier (140 km) ? En délimitant cette zone libre de 100 kilomètres, le premier ministre rajoute qu’à l’Ascension, « ce n’est pas le moment de quitter son département « . Là encore l’imprécision gouvernementale est patente ! On n’en peut plus !

Si vous êtes en bonne santé, n’imaginez pas aller vous rafraichir ou vous détendre dans les parcs des grandes villes, leur ouverture sera à la botte du maire ou du préfet. Et si vous vous y rendez en bus, il faudra porter un masque !

Pour les grandes vacances, il faudra attendre le 2 juin pour savoir si le rayon de la zone libre sera élargi… à Megève ou au Cap Ferret, lieux de villégiature de la gentry lyonnaise. Enfin, ultime contrainte maintenue pour nos lecteurs méditerranéens  Richard Thavel, correspondant de Riviera People et Henri Peruchon sur Saint-Tropez : les plages ne seront pas accessibles avant le 1er juin… si tout va bien !