Par Morgan Couturier

Très attendue, l’allocution du Premier ministre a mis un terme à de nombreuses restrictions, bien qu’un certain nombre d’interdictions aient été maintenues. Quant à la carte de France, seule l’Ile de France, Mayotte et la Guyane demeurent en orange.

« La liberté redevient la règle ». La phrase était attendue, elle a fini par être prononcée, à l’occasion de la prise de parole d’Edouard Philippe. Le chef de l’exécutif, visiblement détendu, a donc annoncé ce que bon nombre de Français attendaient, à savoir une forte réduction des restrictions.

En effet, même si le Premier ministre a dévoilé qu’un certain « nombre d’interdictions allaient demeurer », à l’instar de lieux de rassemblement tels que les hippodromes, les stades ou les discothèques, ce dernier s’est surtout attaché à rendre la vie de ses concitoyens plus limpide. Rassuré par le taux de contamination fixé à 1,9%, le gouvernement a ainsi pris soin d’augmenter le nombre d’établissements scolaires ouverts.

L’épreuve orale de Français annulée

« La réouverture des écoles est une urgence sociale. Il faut aller chercher les élèves qui en ont le plus besoin », a rappelé de son côté Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, lequel n’a pas caché sa volonté d’ouvrir toutes les écoles dès la semaine prochaine. Même son de cloche pour les collèges qui devraient rouvrir dans le courant de la semaine prochaine.

L’ensemble des élèves concernés et de la zone verte devraient alors avoir le droit de retrouver leur classe. Tout le contraire de la zone orange (Ile de France, Mayotte, Guyane), où seuls les pensionnaires de sixième et cinquième seront autorisés à pénétrer dans les établissements.

Enfin, très épiée à quelques jours du baccalauréat, la réforme prise par le gouvernement devrait permettre une ouverture de l’ensemble des lycées généraux, technologiques et professionnels de la zone verte, et ce, à partir de la semaine prochaine, bien que l’épreuve orale de français ait été annulée et validée par contrôle continu (en zone orange, seuls les lycées professionnels seront ouverts aux élèves de terminale et au CAP, ndlr).

Au Broc bar, Stéphane Pelletier a reconfiguré sa terrasse avec le mètre de distanciation réglementaire entre les tables – Photo MP

Les restaurants reprennent vie

Démoralisés depuis leur fermeture express du 16 mars, les restaurants, bars et cafés espéraient fortement subir le même sort. Ils ont été entendus : à partir du mardi 2 juin, les commerces de la zone verte pourront ouvrir. Si les contraintes de dix personnes maximum par table et de respect des distances de plus d’un mètre ont pu faire grincer quelques dents, les restaurateurs peuvent souffler, leurs vœux sont exaucés.

Moins de réussite en revanche pour les établissements de la zone orange, limités à l’utilisation de leur seule terrasse. Un coup dur pour ces restaurateurs, alors leur situation est déjà particulièrement complexe.

Fin de l’interdiction de déplacement

Mais que dire des discothèques, dont l’accès est interdit à minima jusqu’au 21 juin ? Tout le contraire des piscines, des gymnases ou des salles de sport, lesquelles vont pouvoir rouvrir dès mardi prochain, au même titre que les plages, les lacs ou les plans d’eau.

Une bonne nouvelle pour tous les hébergements touristiques de la zone verte, dont l’activité va pouvoir démarrer au lendemain du lundi de Pentecôte, d’autant que le gouvernement a suggéré la fin de l’interdiction de déplacement de plus de 100 kilomètres ainsi que l’ouverture des frontières européennes à compter du 15 juin. En somme, un retour progressif à la normale, « les chiffres d’une récession historique » exceptés.