Par Marco Polisson

(Mis à jour le 27 avril 2020) Postée sur la page facebook de Lyon People, une vidéo tournée par un habitant du 7ème arrondissement dans l’après-midi du samedi 25 avril 2020 a interpellé de nombreux Lyonnais respectueux du confinement.

Du début de la matinée jusqu’à la tombée de la nuit, plusieurs milliers de personnes ont tranquillement pu s’adonner à leurs occupations habituelles dans ce quartier qui regroupe de nombreux commerces de bouche hallal. En 30 secondes vidéo chrono, s’y trouvent résumées toutes les pratiques proscrites par la pandémie : concentration de personnes dans un espace restreint, aucune distanciation sociale, embrassades… L’affluence est telle que cela a entraîné la formation d’un embouteillage rue Paul Bert qui remonte jusqu’à son embouchure, place Gabriel Péri.

Un bouchon en pleine pandémie, il n’y a qu’à la Guillotière qu’on voit ça !

« Pas l’ombre d’un képi à l’horizon, aucun contrôle des attestations de déplacement dérogatoire des passants comme des vendeurs de cigarettes de contrebande ou d’herbes folles, tranquillement installés à l’entrée des immeubles… » nous raconte l’expéditeur de la vidéo. Dans un contexte de tension extrême lié à la progression de la pandémie dans le département du Rhône, la vision de plusieurs centaines de personnes déambulant dans ces conditions, comme si de rien n’était, a de quoi interpeller.

Pourquoi la police n’est-elle pas présente ?

Alors que la polémique enfle sur les contrôles de police réalisés pour la grande majorité d’entre eux dans le centre-ville ou sur le quai Gailleton devant le Sofitel, l’impunité dont bénéficie ce quartier interroge. En raison du Ramadan, la Préfecture du Rhône et la Mairie de Lyon ont-t-elles donné à leurs agents nationaux et municipaux la consigne de fermer les yeux, comme c’est le cas dans le Calvados ?

Nos confrères du Figaro ont en effet dévoilé la note envoyée par le chef d’état-major de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Calvados aux chefs de service du département : « il n’y a pas lieu d’intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan, pour relever un tapage, contrôler un regroupement de personnes rassemblées après le coucher du soleil pour s’alimenter ».

Sollicité par Lyon People, l’adjoint à la sécurité n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Y a- t-il donc deux poids – deux mesures en matière de respect des règles ? Jean-Louis Joly répond par l’affirmative : « On constate que ce ne sont pas les vélos qui sont légions !!! Mais comment peut-on encore supporter ces deux mondes !!! J’aimerais l’avis du Président de la métropole ! Voire du maire de Lyon ! On va y laisser notre peau … » s’émeut le directeur général du MEDEF Lyon Rhône sur sa page facebook.

La rue Sébastien Gryphe, au niveau du square Saint Michel. Photo prise le 09/04/2020

Pointé comme une zone de non droit depuis très longtemps par les habitants regroupés dans l’association « La Guillotière en colère », le quartier est abonné aux dérapages. Comme l’indique ce post du 9 avril dernier : « Nous alertons les autorités que le confinement n’est absolument plus respecté dans le quartier de la #Guillotière secteur Péri. Aux vues de la gravité de la situation actuelle, nous demandons une intervention urgente du Préfet du Rhône et de la police nationale ! »

Pas dans les priorités de la préfecture, apparemment !