Par Morgan Couturier

La reprise de l’activité marque le retour de nombreux automobilistes entre Rhône et Saône. Spécialisé dans le stationnement et la mobilité, Lyon Parc Auto s’efforce de ne pas manquer ce redémarrage, non sans quelques ajustements.

N’en déplaise à certains, la voiture n’a donc pas rendu l’âme, en dépit des tendances écologistes et de la Métropole de Lyon, lesquels tendent à la sacrifier sur l’autel de l’environnement. Souvent mises à l’arrêt pendant le confinement, les quatre roues ont pourtant elles aussi profité du déconfinement.

Hélas, les problèmes de stationnement, assujettis aux difficultés de circuler, n’ont pas disparu avec la crise, bien au contraire, si l’on en croit la volonté de la Métropole de Lyon de faire place nette aux deux-roues.

Pour Louis Pelaez, « ce sont les parkings qui vont libérer de l’espace en surface »

Une situation qui semble profiter à Lyon Parc Auto et ses parcs de stationnement, lesquels ont retrouvé quelques véhicules, après s’être contentés d’une poignée d’abonnés pendant le confinement. L’activité reprend, mais sécurité oblige, la société gérée par Louis Pelaez s’est appliquée à prendre toutes les mesures nécessaires.

Surtout, elle s’est résolue à procéder à quelques sympathiques attentions à destination de ses utilisateurs professionnels. Ces derniers, souvent réduits au télétravail pendant ce regrettable épisode, se sont ainsi vus exonérer au mois d’avril, de tout paiement de leur abonnement « illimité ».

Près de 300 locations de voitures dès le premier jour du déconfinement

Le raisonnement vaut tout autant avec ceux qui ont eu la chance de l’utiliser partiellement, leur facture ayant été réduite de moitié. Fort heureusement, les vérités d’hier ne sont pas forcément celles d’aujourd’hui et de demain. La circulation reprend un cycle plus ou moins normal.

LPA espère ainsi en profiter au travers de ses parkings, mais également via ses services d’autopartage Citiz et Yea, de nouveau accessibles depuis le lundi 11 mai, et ce, avec réussite, si l’on en croit les quelque 285 locations effectuées dès le premier jour.

« La flotte des voitures est donc à nouveau réutilisable, avec des dispositions supplémentaires pour le nettoyage intérieur des véhicules, tout en appelant à la responsabilité de chacun », évoque la société dans un communiqué. Preuve que la voiture n’est pas morte. Mais forcée à se ranger sur le bas-côté, elle fait d’ores et déjà le bonheur des parcs de stationnement.