La tribune libre de Roger Monnami

Ancien PDG de SONEPAR Sud-Est et du MAT’ Électrique, l’industriel Roger Monnami réagit à la décision des écologistes de dissoudre le Club des partenaires de la Fête des Lumières dont il est membre fondateur. Il a choisi Lyon People pour pousser un coup de gueule contre les élus verts, et leur dernière invention : la discrimination partenariale.  

« Le 8 décembre est une Fête de pure tradition lyonnaise, unique au monde ! Placée sous la protection de la Vierge Marie au Moyen-âge pour la remercier d’avoir épargné la ville de la peste, elle était jusqu’au siècle dernier, une fête avant tout religieuse et pour la célébrer les Lyonnais posaient des lumignons à leur fenêtre.

Henry Chabert crée « la FÊTE DES LUMIÈRES »

En 2002, Henry Chabert, alors adjoint à l’urbanisme, décida, sur le thème de l’an 2000 « LUMIÈRE ET SPRITUALITÉ » de lui donner une nouvelle impulsion, une écriture nocturne en illuminant des sites historiques. Ce qui allait renforcer le rayonnement international de Lyon… mais aussi en faire une manifestation unique, originale et événementielle où artistes, créateurs, scientifiques, artisans et industriels, professionnels de l’événementiel et des arts de la rue puissent exprimer leur point de vue et rencontrer le public sur le thème de « LA LUMIÈRE ».

Henry Chabert en visite chez Albert Dray, au Café du Pond, en 2001 – Archives Lyon People

Cet événement gratuit donc populaire, allait engendrer des retombées urbaines, sociales, économiques, industrielles, culturelles, festives et sensorielles. Au fil des années, les mises en lumière des sites de la ville se sont multipliées et la Fête des Lumières a vite atteint une notoriété mondiale, plus de 500 cars de tourisme et plus de 4 millions de visiteurs par an, venant des 4 coins du monde, ont été comptabilisés, constituant un levier économique incroyable pour la ville. Les restaurants, bars ont vu leurs chiffres d’affaires se multiplier par 4. Le savoir-faire « MADE IN LYON » s’est ainsi exporté.

Pour financer la Fête : Création du Club des Partenaires

Pour financer le projet et éviter que le contribuable lyonnais n’ait à supporter les frais de cette manifestation, Henry Chabert (disparu en 2017, ndlr) a voulu faire appel à des partenaires privés et a créé un partenariat public/privé : Ville de Lyon, EDF et le Mat Electrique. Ils seront les 3 membres fondateurs. Les statuts de l’association, en loi 1901, ont été déposés en préfecture du Rhône, le 23 septembre 2002 sous l’intitulé « CLUB DES PARTENAIRES LYON 8 DÉCEMBRE FÊTE DES LUMIÈRES ». L’objectif était de fédérer l’ensemble du monde économique, au-delà des sociétés de la filière électrique, autour du projet de la Fête des Lumières.

Ainsi fédérés en Club, ces partenaires allaient être force de proposition, auprès des organisateurs et pourraient ainsi valoriser leur participation au travers d’une communication appropriée… Il est à noter que la durée de l’association est illimitée. Il faut comprendre que depuis ces 20 dernières années, le Club a réussi à trouver les ressources financières pour éviter aux Lyonnais de mettre la main à la poche. Un bilan précis en clôture de chaque festival était fourni à nos concitoyens. Rappelons que le coût de toute l’organisation de la Fête des Lumières se chiffrait à 2,6 M€, dont la moitié était assurée par des partenaires privés du CLUB…

Discrimination partenariale

Alors ! Que cache la Municipalité de Lyon qui veut dissoudre le Club des Partenaires ? On peut se poser la question de savoir à quoi seront utilisés les derniers deniers accumulés par le futur Ex-Club des Partenaires ? Seront-ils destinés à une Fête des Lumières plus Verte que verte, ou serviront–ils à financer des opérations dont ils ont le secret… ? Et pourquoi pas de nouvelles « pissotières » à roulettes… ou des trottinettes à vapeur… ? On attend la suite… et un peu plus de franchise !

Ou alors est-ce tout simplement pour « emmerder » les lyonnais que les écolos inventent « la discrimination partenariale » Qui en connaît d’ailleurs la définition… ? – Ah si !… Michel Audiard : « Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière ! » Disons plus simplement : Avant que les « écolos verts » ne participent à la dissolution du Club des Partenaires… qu’ils jettent un coup d’œil dans le « rétroviseur » du passé…

Pour ma part et celle de ceux, nombreux qui ont participé à la réussite de la fête de Lumières : Gloire soit rendue à tous ceux qui ont accompagné cette extraordinaire réussite autour d’Henry Chabert, de Raymond Barre à Gérard Collomb… des maires de gauche, du centre, de droite… car dans cette « incroyable « aventure, La Lumière n’a jamais fait de politique. Honneur leur soit rendu : ils pensaient tous que c’était impossible… et pourtant ils l’ont fait !

Oubli
Au fait ! Encore un oubli qui ne peut être involontaire de la part d‘une municipalité qui semble avoir la mémoire courte : le 21 décembre 2019 – le conseil municipal présidé par le maire de Lyon, Gérard Collomb et les élus ont rendu hommage à Henry Chabert, député européen, pour ses 25 ans au service de la ville. En effet, les Lyonnais lui doivent plus que la Lumière et le Festival… mais aussi, la Cité Internationale… la Confluence, les quais du Rhône… et tant d ‘autres réalisations qui font aujourd’hui rayonner la Ville de Lyon… Et encore, un énorme merci à Gérard Collomb qui fut à l’origine d’un hommage à un homme qui a marqué la ville par son humanisme, sa sensibilité et sa vision de la Métropole… Pour lui rendre hommage, il était prévu que le Parc de Gerland prenne le nom d’Henry Chabert… ! On l’inaugure quand ?

Conclusion

En écrivant ce petit texte qui touche à mon ignorance de reconnaître ce qu’est véritablement l’étiquette verte – et de mesurer le « séisme » que va entraîner « la dissolution » possible, certes, du Club des Partenaires… mais surtout de vouloir rapatrier dans son giron uniquement les sponsors qui répondent à une étiquette verte… je m’interroge quand je constate que le ciel lyonnais ne peut plus recevoir la Patrouille de France le 14 juillet, que le Tour de France n’est pas le bienvenu et que la demi-finale du Top 14 ne se jouera pas à Lyon car selon le maire « la ville n’a pas vocation à devenir une concession automobile ». Oui je m’interroge sur l’avenir de notre belle Fête des Lumières.

Car les VERTS sont incompétents en voulant semer des cailloux… et surtout pas d’herbe… et encore moins de Lumière !

Je ne suis ni journaliste… ni écrivain… loin s’en faut… mais j’ai un Cœur, de la reconnaissance, de l’amitié pour ceux qui ont permis à Lyon d’être Unique ! Et vous n’y êtes pour rien… vous les Verts… Enfin pas encore ! Courage et merci pour vos nouvelles « vespasiennes » qui étonnent nos touristes… »

Roger MONNAMI
Ancien PDG de SONEPAR SUD EST et du MAT’ Électrique
Membre fondateur du CLUB DES PARTENAIRES de la FÊTE DES LUMIÈRES