La tribune libre de Jean-Luc Mège *

« Franchement, parfois je préfèrerais poster des choses légères et remplies d’optimisme, d’humanisme, de beauté. J’y travaille chaque jour, je vous le promets… et puis l’actualité me rappelle soudainement que le gentil monde des bisounours n’est qu’un univers virtuel et que la vie, celle que nous créons chaque jour, est malheureusement bien différente…

Je viens d’apprendre que le photographe René Robert est mort seul, en pleine rue, sans que personne n’intervienne…

L’artiste, connu et reconnu à l’international pour ses clichés sur le flamenco, a chuté dans une rue parisienne suite à un malaise… Pendant plus de 8 heures, il est resté seul, allongé par terre sans qu’aucune personne n’y prête la moindre attention… il est finalement mort d’hypothermie 8 heures plus tard, dans l’indifférence totale des passants. C’est finalement un SDF (comble de l’humanité !) qui a donné l’alerte quand il s’est aperçu que le pauvre homme ne manifestait aucun signe de vie…

« Il est resté seul, par terre, conscient, au moins pendant les cinq ou six premières heures dans l’un des quartiers les plus fréquentés de Paris, sans que personne ne juge bon d’intervenir » rapportent nos confrères.

Voilà comment en 2022, meurent les Artistes dans notre beau pays… et j’ai honte.

Honte de cette humanité qui ne l’est plus, honte de cette société qui n’en porte que le nom, honte de tout ce que l’on peut mettre comme « distanciations sociales » entre les gens pour les séparer, les diviser, et finalement pour les tuer…

Repose en Paix Robert. Nous ne nous connaissions pas et pourtant… nous partagions le même métier, la même passion, et probablement la même philosophie de vie. On aurait pu boire un verre ensemble : tu m’aurais sans doute appris beaucoup de choses… Tu es mort seul, pire qu’un chien (à qui l’on aurait probablement porté assistance), ignoré de tous, tu es mort de froid et d’indifférence sur un trottoir de Paris au milieu de passants tellement apeurés et lobotomisés qu’ils t’ont laissé crever… j’ai honte, et je te demande pardon au nom de tous ceux qui ont encore une conscience, une âme, un cœur, un peu d’humanité…

Repose en paix, l’Artiste. Ce pays est lui aussi à l’agonie. »

> Jean-Luc Mège est photographe indépendant. Il contribue depuis 20 ans au magazine Lyon People dont il signe très fréquemment les couvertures. Retrouvez-le sur sa page Facebook