Par Emma Ressegaire

Les Lyonnais les plus sportifs sont ravis, les salles de sport à Lyon ont rouvert le 2 juin dernier. Une reprise autorisée dans conditions musclées, du fait de la mise en place de lourdes mesures sanitaires pour contrer le retour du coronavirus.

Les sportifs retrouvent petit à petit le chemin de la salle de sport après être restés pendant trois mois chez eux en faisant tant bien que mal quelques exercices physiques. Une délivrance pour certains, bien que le retour des clients demeure progressif, à en croire les fréquentations enregistrées dans les salles de Rhône et de Saône.

Le virus du covid-19 étant passé par là, avec encore quelques soupçons de deuxième vague, certains adhérents préfèrent encore sacrifier leur physique plutôt que leur santé. C’est notamment le cas au Wellness Sport Club de Vendôme, où la direction observe une baisse de la clientèle de 30% par rapport à l’année dernière et sur la même période.

Des adhérents également moins nombreux au Fitness Park de la Part-Dieu, la salle ayant imposé une jauge maximale de 160 personnes. Une baisse de la fréquentation qui s’explique également par le fait que plusieurs adhérents aient suspendu leur abonnement durant la période du confinement.

Jusqu’à 30% de fréquentation en moins

Et ce, en dépit des promesses faites par quelques centres sportifs de ne facturer les mois d’avril et de mai. Il n’empêche, malgré ces contretemps, de nombreux pratiquants profitent du déconfinement pour tenter d’éliminer les quelques kilos superflus acquis pendant la crise. Une motivation nécessaire, afin de surmonter les contraintes sanitaires mises en place.

Et pour cause, de manière à garantir la sécurité de leurs équipes et de leurs clients, un dispositif sanitaire conséquent a été imposé à toutes les salles de sport. Une nouvelle routine attend ainsi les clients, contraints de porter le masque dans les parties communes avant de pouvoir l’enlever pendant leur activité physique.

Du gel hydroalcoolique est évidemment mis à disposition des clients, et décore ainsi tous les centres de la ville. Plus embêtant pour ces espaces de musculation et leurs aficionados, la plupart des centres, tels que Wellness, Keep Cool et Fitness Park, ont dû condamner une machine sur deux de façon à respecter la distanciation sociale recommandée.

De gros efforts faits sur la propreté

Dans le cas de l’Appart Fitness de la Guillotière, le coup est rude, la salle ayant été forcée de supprimer deux machines sur trois afin de respecter l’espacement obligatoire, alors que pour les cours collectifs, une réservation devient obligatoire, afin de rentrer dans les clous du nombre d’adhérents autorisés.

Des machines qui sont nettoyées avant et après chaque utilisation par le sportif lui-même grâce à un spray spécifique, une pratique déjà recommandée dans certains centres, que les dirigeants appliquent aujourd’hui avec une plus grande fermeté.

Et si la pratique est une chose, l’après-séance fait également l’objet d’une attention particulière. Dès lors, un casier et une douche sur deux sont utilisables dans la plupart des établissements, alors que certains centres ont décidé d’aller encore plus loin.

Désireux de rassurer ses licenciés, Fitness Park s’est ainsi fait remarquer par sa décision de faire appel à une entreprise américaine, MicrobeCare, pour profiter de son système de désinfection, censé apporter une protection antimicrobienne et antibactérienne efficace pendant 12 mois.

En somme, un cumul de mesures qui obligent les dirigeants à une certaine gymnastique du cerveau. Reste à convaincre les plus frileux. Pour obtenir le tant recherché « summer body », les clients sont forcés de faire des efforts. C’est bien connu, on n’obtient rien sans rien !