Par Pascal Auclair

Classé régulièrement parmi les cent plus beaux golfs de France, La Bresse célèbre cette année son trentième anniversaire. Le bel âge pour ce parcours d’exception dessiné sur une ancienne réserve de chasse. Le cadre idéal pour collectionner les birdies…

Certes, il faut une petite heure pour rallier le golf de la Bresse depuis le centre de Lyon. Mais franchement, la destination mérite ce petit périple à travers les étangs de la Dombes. Loin de tous les grands axes de circulation, cette ancienne réserve de chasse s’est métamorphosée en terrain de jeu favori des golfeurs en quête de grands espaces.

Ici, le bruit des fusils s’est tu, laissant place au claquement sec des drivers… pour le plus grand bonheur du gibier local ! A l’origine de ce « miracle », Jacques Dalloz, un Jurassien qui mis entre parenthèses sa passion de la chasse pour l’amour du golf. C’est ainsi que le Domaine de Mary se transforma en paradis du green par la grâce de son propriétaire et l’imagination de Jérémy Pern.

L’architecte toulousain décela très vite le potentiel de cet environnement bucolique, entre plans d’eau, forêt de chênes centenaires, petits bosquets de bois vert et vastes prairies. Nous étions en 1988. Trente ans plus tard, le golf de la Bresse n’a pas pris une ride. Juste un peu de cette maturité qui renforce son pouvoir de séduction.

« La famille Dalloz a beaucoup investi ces dernières années pour une montée en gamme du golf », assure Nicolas Besançon, promu directeur du club en janvier 2018, quelques mois après son arrivée en qualité de responsable de l’enseignement aux côtés de Nicolas Musy.

Un grand saut dans l’inconnu pour celui qui professa durant onze ans au golf du Médoc, avant de participer à l’ouverture du golf de Saint-Emilion. Mais en troquant les grands crus bordelais pour quelques volailles de Bresse, Nicolas Besançon n’y a pas perdu au change.

« J’aime ce parcours qui exige de la technique mais aussi beaucoup de réflexion. Il n’est pas très long (Ndlr : un peu plus de 6 000 mètres), assez plat et large, mais il devient vite compliqué si l’on ne maîtrise pas l’art de l’approche et du petit jeu ».

De fait, les greens surélevés au relief tourmenté, avec de multiples pentes, mettent les nerfs des apprentis putters à rude épreuve… Après une entrée en matière plutôt facile, le parcours se corse sur le retour, d’autant que l’eau est en jeu sur plus de la moitié des trous.

De quoi justifier d’investir dans une épuisette avant d’attaquer le green du 12, le trou signature avec un joli coup de fer à réaliser pour survoler l’obstacle d’eau et se planter à proximité du drapeau. « Le trou est d’autant plus intéressant qu’il change beaucoup d’aspect en fonction de l’orientation du vent », souffle Nicolas Besançon.

Des membres « comme des coqs en pâte »

Une subtilité bien connue des 300 membres (dont environ 60% de semainiers) qui contribuent à la vitalité économique et sportive du club. « Ils sont tellement bien ici qu’ils ne profitent pas beaucoup du libre accès au Gouverneur. Pourtant, on les incite à bénéficier des synergies entre ces deux clubs complémentaires », souligne Nicolas Besançon.

Intégré au réseau Golfy, le golf de la Bresse attire naturellement des visiteurs en provenance de la Suisse voisine et des deux Savoie. Mais les golfeurs lyonnais contribuent aussi largement aux 7 000 green-fees enregistrés chaque année. Il est vrai que la cotisation « Grand Golf » permet aux membres du Gouverneur de venir fouler à leur guise les fairways du Domaine de Mary (les deux golfs appartiennent à la famille Dalloz).

Quant à la formule des « lundis de la Bresse », lancée en avril 2019, elle constitue un autre motif de déplacement pour les golfeurs épicuriens. Ces derniers sont au centre de toutes les attentions de la famille Dalloz. Après la réfection et la restructuration de l’accueil, ainsi que l’embellissement paysager autour du club-house, un gros travail a été effectué sur le terrain avec la remise à niveau du système d’irrigation.

Le green-keeper, Laurent Bertholio, s’est chargé de manucurer les greens et avant-greens. Quant aux fairways, ils ont été piqués et sablés pour bien passer l’hiver. « On a répandu plus de 700 tonnes de sables », confie le directeur d’un club désormais fin prêt à souffler ses trente bougies. Dans le cadre de cet anniversaire, les joueurs nés en 1990 (l’année d’inauguration) qui veulent s’inscrire se voient offrir une réduction de 50% sur la cotisation annuelle.

Les visiteurs, eux, bénéficient d’une ristourne de 30% sur leur green-fee ! Enfin, si vous n’êtes pas né la bonne année, vous pouvez toujours profiter de la cotisation « Access » qui permet de fouler à volonté les fairways de la Bresse à moindre frais (1). « Une formule idéale pour les débutants », vante Nicolas Besançon, soucieux de faire encore monter en gamme le club.

« Notre volonté, c’est que l’expérience golfique comme gustative soit à la hauteur de nos ambitions. Nous savons que l’on a encore du travail, mais on s’y emploie chaque jour ! », conclut le directeur de la Bresse. Son prochain défi : faire entrer la Bresse dans le cercle fermé des 25 plus beaux golfs de France…

  • La cotisation « Access », réservée aux nouveaux membres, propose une cotisation annuelle de 1 850 euros à temps complet et 1 250 euros pour un semainier, contre 2 250 euros (temps complet) et 1 550 euros (semainiers) pour la traditionnelle cotisation « Grand Golf ».

 INFOS PRATIQUES

Adresse : 2958, route de Servas – 01400 Condeissiat
Accès depuis Lyon : Direction Bourg-en-Bresse. A Servas, prendre Condeissiat.
Téléphone : 04 74 51 42 09
Mail : secretariat@golfdelabresse.com
Site web : www.golfdelabresse.fr
Parcours : 18 trous 6034 m par 72 / 6 trous-1364 m par 22 / practice 30 poste dont 5 couverts
Tarif green-fee (haute saison) : 81€ WE et semaine ; 65€ avec carte Golfy Indigo, 57€ avec carte Golfy Platine.