Lyon. L’architecte Yves Heskia est décédé

30 août, 2022 | LES GENS | 0 commentaires

Texte : Pierre Jourdan, architecte DPLG – Au cœur de l’été, Yves Heskia est décédé des suites d’une longue maladie le 15 août dernier, à l’âge de 72 ans.

Architecte DPLG, inscrit à l’ordre en avril 1973, Yves Heskia a marqué la ville de Lyon de quelques-unes de ses œuvres, mais il a aussi marqué nos esprits de confrères, maitre d’ouvrage et amis, de son humour, de sa gentillesse, de sa mémoire de bâtisseur et de ses anecdotes savoureuses. Très apprécié, discret mais tenace, il continuait de se passionner pour sa ville et son métier.

Il aimait par ses billets d’humeur publiés dans AMO, rappeler l’importance du travail collaboratif, entre Maitrise d’ouvrage et Maitrise d’œuvre, pour aboutir à une architecture exemplaire et pérenne. Mais son caractère savait effacer l’âpreté des rapports difficiles de cette filière de la construction qu’il avait tellement pratiquée. Nous rendons hommage à la réputation d’intégrité et d’expérience qu’il s’était acquis. Il restera avantageusement connu et estimé de nous tous.

Au début de sa carrière, Yves Heskia remporte le concours de la réhabilitation de la Gare des Brotteaux et assure ensuite sa transformation pour Maître Jean-Claude Anaf

Nous présentons nos sincères condoléances à Irène, son épouse, à toute sa famille. Il n’avait pas d’enfant mais deux fox terrier : d’abord Pompon et actuellement Lulu qui a pu l’accompagner lui aussi jusqu’à la fin, grâce à l’extraordinaire personnel hospitalier du Centre des Massues. Il a été incinéré le 23 aout 2022, en la chambre funéraire de l’agglomération lyonnaise, avenue berthelot.

Sa vie, son œuvre…

Yves Heskia nait le 21 juillet 1950 à Lyon 6ème dans une famille bourgeoise où son père Jean Ennemond, odontologue réputé, s’est fait un nom en soignant des pathologies difficiles et en professant à la faculté de Lyon. Yves est le petit dernier de la famille, entouré d’une sœur ainé Christine né en 1945 et de Bernard son frère cadet, vétérinaire de campagne, né en 1949.

Comme son père, il est brillant élève. Il fait ses études au lycée Ampère et aura son bac à l’âge de 15 ans. Il étudiera ensuite à l’école régionale d’architecture de Lyon, dans les préfabriqués de la montée du Télégraphe. Provisoires, ces baraquements dureront 10 ans, il fallait en vouloir ! La réforme de l’enseignement de l’architecture est en cours. Séparé des Beaux-arts, l’Unité Pédagogique d’Architecture de Lyon (UPAL) cherche encore ses locaux.

De là, il sort en 1972 diplômé plus jeune architecte DPLG. Son projet de dernière année sera, le Circuit Paul Ricard au Castellet, car son autre passion est celle des belles mécaniques, de leur design et de leur conduite. En mars de la même année, il épouse Irène à la mairie du 2° et confirme au refuge de la congrégation du Bon Pasteur, Lyon 5°, pour le plus grand plaisir de sœur Rose !!!

Dès avril 1972, il débute chez l’architecte Bernard Balaÿ. Un an plus tard, il est inscrit à l’Ordre. Tout jeune marié, il vient avec sa Renault Berlinette bleue de France, dont il est plus que fier. Il y restera 8 ans. En 1980, il crée sa propre agence en profession libéral, au 9 cours Aristide Briand à Caluire assisté de Francine Courriol qui restera sa fidèle assistante jusqu’à la fin de sa carrière, rejointe rapidement par Frédéric Fougère, dessinateur qui gravira tous les échelons pour être son plus proche collaborateur tout au long de sa carrière.

Au fil du temps, d’autres apprentis, parfois futures architectes, franchiront peu à peu les portes de l’agence : Bernard Simonin, précieux dessinateur chevronné, Christophe Lesueur, architecte, qui terminera son diplôme au cabinet et enfin François Machecourt avec qui, il s’associera et créera CORUM Architectes en 2000. Prudent pour sa liberté qu’il aime tant, il garde une activité propre jusqu’à fin 2006. CORUM s’installe à Ecully en 2005 et en 2015, Yves Heskia cède ses parts et prend une retraite bien méritée.

Depuis 2002, il était élu membre de la Société Académique d’Architecture de Lyon et faisait également partie du Cercle Childebert qui réunit des personnes influentes de l’activité immobilière en vue de confronter des idées sur les évolutions du secteur.

Yves était un constructeur accompli et sa production fut éclectique. Il avait su construire au-delà de notre département, nombreux logements collectifs, lycées et collèges, mais aussi de l’immobilier d’entreprise, une passion des premiers jours, avec des bureaux et des pôles d’activités et plus récemment des plates-formes logistiques. Bien sûr, comme tout bon architecte, il réalise quelques maisons individuelles. Il est toujours resté très fier, à juste titre –je ne manque jamais de m’arrêter pour l’étudier – de la maison Ravouna, située au 20 de la montée Bonafous. Une perfection architecturale qui aurait bien mérité une récompense de la ville de Lyon.

Il nous faut citer de lui quelques œuvres importantes ou emblématiques. Au début de sa carrière, Yves remporte le concours de la réhabilitation de la Gare des Brotteaux et assure ensuite sa transformation. En 1993, il conçoit « La Colonne », immeuble de bureaux au 34, cours Lafayette Lyon 3°, aux airs franchement post-modernes, très en vogue dans les années 1980-90. Référence à Charles Moore, la colonne porteuse débute au 1er étage et les sphères sommitales sont un clin d’œil aux deux immeubles qui l’encadrent.

L’Etoile Part-Dieu

Yves compte parmi les architectes de la reconversion du site de l’Antiquaille. Il y réalise deux bâtiments : les bureaux occupés par Maïa et la résidence pour étudiants. L’Etoile Part-Dieu, au 190, avenue Thiers, lui permettra d’apporter sa signature au Perfect Urban Building de cette artère requalifiée dès 1993. Enfin les plateformes logistiques Volvic à Riom -Puy-de-Dôme- (48 000m2 pour les transports Chevalier avec Eiffage), Le First Millénium, parc d’activités à Mulhouse (5000 m2 pour First Realty) conforteront son expérience de l’architecture industrielle.

La Colonne au 34, cours Lafayette (Lyon 3) en 1993

Deux collèges, l’un à Genas, l’autre à l’Arbresle et l’extension du lycée Louis Armand à Villefranche, de nombreux immeubles d’habitations, l’Etoile à Villefranche, Le clos Saint-Laurent à Sathonay-Camp, le Vendôme et bien d’autres complètent cette longue liste, non exhaustive. Malheureusement, Yves fait aussi partie de ces architectes qui verront de leur vivant plusieurs de leurs constructions se démolir, pression foncière oblige. Quand certains comptent en tonnes de gravats, nous voyons nos confrères en retraite pleurer de la disparition d’une part de leurs œuvres.

Témoignages de ses amis du Cercle Childebert

« J’aimais beaucoup Yves, pour sa sensibilité, ses passions et son amour des fox terriers … Un architecte de talent, un passionné de belles et bonnes mécaniques, et de leur conduite, un super copain avec qui j’aimais partager vin jaune, vieux comté avec quelques noix … »

« Une anecdote : quand j’ai réalisé en 2002 l’atelier A à l’ESAT Saint-Léonard, Yves avait toujours dans le coffre son nécessaire à chaussure … ». La classe notre Yves…

« C’est terrible, j’avais travaillé avec Yves que j’avais beaucoup apprécié, un garçon tout en délicatesse, je suis triste. »

« Yves était l’auteur de l’immeuble de bureau « La Colonne ». Ce fut pour moi l’occasion de le rencontrer pour le compte de la société COPRA Rhône-Alpes. Je dirais en 1989/90. Facilement reconnaissable à l’angle de la rue Vendôme et du cours Lafayette, il avait œuvré avec délicatesse et fermeté pour défendre (déjà à l’époque !) son projet architectural. Fidèle à ses valeurs. C’était un immeuble de bureaux de taille modeste, mais dans lequel il avait mis beaucoup d’énergie et de compétences à le concevoir. »

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mercredi 21 février

Saint Damien


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…