Lyon. Le défi de Vincent Galoche : replacer le Sofitel au centre du village

30 août, 2022 | LES GENS | 0 commentaires

Texte : Marco Polisson – Fraîchement débarqué d’Ottawa avec son épouse Stéphanie, le nouveau directeur général du Sofitel Bellecour prend ses marques dans l’hôtel où il a fait des extras lors de sa jeunesse étudiante.

Trente ans plus tard, l’ambiance de la croisière a bien changé, bien loin de celle qui régnait lors de ces années d’insouciance à bord du vaisseau amiral de la flotte Accor entre Rhône et Saône. Regard franc et visage jovial, le nouveau capitaine n’est pas du genre à travestir la réalité. « Le Sofitel a beaucoup souffert des années Covid » résume pudiquement Vincent Galoche, arrivé dans les murs en mai 2022.

L’heure est grave et nous préférons l’intimité de son bureau – brut de décoffrage et pas encore décoré à son image – pour évoquer « son cap ». C’est dans ce petit espace qu’occupait jadis de leur faconde et de leur bonne humeur l’exigeant Eric Obeuf et le flamboyant Silvio Iacovino, (avec le sourire de Camille Vautier dans l’interstice de la porte), que le successeur de Jacques Bourguignon – parti en retraite en décembre 2021 – réfléchit au moyen « de reconnecter l’hôtel avec les Lyonnais ».

La mission est très politique. Vincent Galoche n’est, en effet, pas le seul à tenir le gouvernail.

Il doit composer avec les patrons d’Accor et les propriétaires de l’hôtel pour mener à bien son projet, engager les travaux de rénovation et inventer au Sofitel Bellecour un nouvel avenir. Cela prend du temps, mais le nouveau boss, cornaqué par Philippe Takacs « mon mentor » connait les arcanes de la maison : il a intégré le groupe en 2000 et travaillé 8 ans au Mercure Lumière, cours Albert Thomas.

Tout le monde est d’accord sur un point fondamental : pas question de rester sur le statu quo actuel, même si l’hôtel a retrouvé, depuis juin, son rythme de croisière (soit 70% de taux de remplissage). Premier axe : l’évènementiel. Avec ses équipes, Vincent Galoche a entrepris de « redynamiser les espaces séminaires pour raccrocher notre clientèle d’affaires ». Il a également pris langue avec le communicant Marc Jean, pour imaginer le retour des grands évènements festifs, comme La Chandeleur, dans ses salons.

Secundo, l’épineuse question de la restauration dans l’hôtel va être réglée et ça ne plaira pas à tout le monde : la brasserie Sofishop, rebaptisée Silk puis Le 8, ne retrouvera pas son cocon du rez-de-chaussée qui va être pérennisé en lieu évènementiel haut de gamme. La restauration reste concentrée au 8ème étage, et dès le mois de septembre, Les 3 Dômes réouvriront leurs portes. Jérémy Ravier, second de cuisine du chef Christian Lherm – aujourd’hui en arrêt de travail – a mené la réflexion sur la nouvelle mouture du restaurant gastronomique qui a perdu son étoile cette année.

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…