Le fondateur d’Euro Sono a vu arriver les effets de la crise sanitaire avant le déclenchement du confinement avec l’annulation de nombreuses prestations pour des manifestations de 200 à 300 personnes depuis la fin février.

Alexandre Jeannerod avec sa société Euro Sono, spécialisée dans la location et l’installation de matériel de son et lumière, a enregistré un arrêt brutal d’activité de 70% dans le domaine de l’événementiel.

« Nous avons mis nos équipes en chômage partiel ou total » confie-t-il et il ne dissimule pas ses inquiétudes pour la suite car il craint une reprise modérée en septembre mais à un niveau à peine supérieur à 30% de l’activité normale en cette période.

« L’incertitude pèse sur nos partenaires ; ils doivent préparer leurs projets ; mais ne savent pas comment va évoluer la situation dans les prochains mois. Nous sommes partenaires des Sarmentelles de Beaujeu, une manifestation qui se déroule en novembre et les interrogations sur les conditions à remplir existent » explique t’il.

« Si je n’ai plus de visibilité, il faudra nous séparer de collaborateurs »

Cette réalité le préoccupe car comme chef d’entreprise, il se doit d’adapter ses structures et craint d’avoir à procéder à des licenciements : « sans compter les intermittents, nous avons 20 personnes à temps plein. Si je n’ai plus de visibilité, il faudra nous séparer de collaborateurs, des spécialistes qui constituent une équipe construite sur plusieurs années ».

Ce serait un coup dur social et humain et un risque pour l’entreprise qui perdrait des atouts. Pour lui, ce climat anxiogène est l’une des conséquences les lourdes de l’actuelle crise sanitaire : « il est urgent de retrouver un optimisme collectif » pour favoriser la reprise économique. Autre volet évoqué par Alexandre Jeannerod, l’impossibilité d’investir dans du nouveau matériel.

Il consacre chaque année 15% de son CA annuel dans l’acquisition d’appareils innovants. Cette logique d’action a établi le renom de sa société dans un marché concurrentiel. Mais comme tout entrepreneur, il ne veut pas céder au découragement et prépare actuellement la prochaine édition de la course Sainté Lyon et l’événement de la fête des Lumières.

UN MESSAGE EN SON ET LUMIERE

Acteurs de la Fête des Lumières, Jean-François Zurawik, le studio Vendredi 4 et le Groupe Eurosono et Tech & Live se sont associés autour d’un projet « déconfiné », pour offrir les 8 et 9 mai aux citadins des projections itinérantes « démasquées » sur les façades lyonnaises avec deux messages forts « La culture n’est pas morte » et « Merci aux soignants ». Petits et grands se sont réunis sur leurs balcons & derrière leurs fenêtres pour voir ce spectacle, tout en s’imaginant, enfin, un début de retour à la vie, riche d’événements !