Par Nadine Fageol

Flash-back Covid. Sa boutique aux Puces du Canal fermée le 28 février, Stève Tasinato est dans un premier temps, comme nombre de chefs d’entreprise, sidéré, par le confinement. Sidéré par « le néant, plus de contacts, 90 % des marchands impactés sur les 400 formant la vaste famille des Puces du Canal » ; absence d’activité, d’achats comme de ventes et de rentrées financières alors que persistent les charges et frais fixe, loyer, électricité, camion, stock.

« Dès que je vends, je rachète ; dans ce genre de situation mieux vaut avoir les reins solides ». Elevé dans le sérail par son père déjà de la partie, il vit, respire ne connaît que la chine pour imposer réputation dans le temps. Tout à la fois antiquaire, brocanteur, son œil avisé est encore recherché dans la quête de ces pièces fortes qui partiront loin tout en imposant caractère à un lieu…

« J’ai compris bien des choses en étant confiné. D’abord d’un point de vue financier, il ne fallait pas que la situation s’éternise plus de six mois »

De sa longue réflexion, naît l’idée de valoriser ses belles pièces en les exposant en ligne, chose dont il est peu coutumier. Il commence par poster une magnifique sculpture de Lyon sur Instagram. Il comprend que pour avoir de l’impact mieux vaut travailler le décor, créer une atmosphère d’autant qu’aujourd’hui l’association ancien et moderne est rentrée dans les mœurs.

Il reprend contact avec Saby Maviel, rencontré lorsque ce dernier avait pignon sur rue aux Puces du Canal. Mais la photographie est bel et bien l’activité principale – il est entre autres contributeur de Lyon People – du jeune samouraï de la photo qui prend les affaires en main.

Une partie des pièces est photographiée sur fond blanc directement dans son studio. Le fond blanc permettant ensuite de produire des photos représentant uniquement la pièce.

En outre, Stève Tasinato exploite le temps mort du confinement en vidant entièrement sa boutique. Le temps de la repeindre, et de la transformer en studio afin de photographier les pièces imposantes. Dans la foulée, le photographe monte un dossier dans l’objectif d’intégrer les plateformes ultra spécialisées que sont Design Market ou Selency.

Pour le brocanteur nul doute que la présence en ligne sur des sites de vente et sur les réseaux sociaux ont déjà pour impact, d’élargir grandement la visibilité tout en rassurant la clientèle. Les Puces du Canal ont rouvert le 14 mai, la jauge ramenée à 5 000 personnes correspond à la moitié du flux habituel.

A l’entrée, du gel hydroalcoolique est mis à disposition ainsi que des masques et des gants gratuits. Les visiteurs doivent suivre un sens de circulation signalé par marquages au sol. Les affaires redémarrent timidement dans ce haut lieu de convivialité à la lyonnaise.

Plus d’info > @Stevedecolyon