Lyon. Avec son bar à vinyles et ses DJ, Brice Etienne maîtrise la musique de l’évènementiel

4 novembre, 2022 | BUSINESS NEWS | 0 commentaires

Texte : Morgan Couturier – Tombé sous le charme des platines dès l’adolescence, le Lyonnais Brice Etienne continue aujourd’hui encore d’ambiancer les foules, sous la bannière de sa société Key des Artistes. Depuis 2012, particuliers et entreprises profitent ainsi de sa culture musicale pour animer leurs événements, au point d’être reconnu par certains, comme le « meilleur DJ de soirées de France » depuis six ans.

Il n’a pas attendu Zouk Machine et Maldon, pour avoir la musique dans la peau, ni langui les saintes paroles de Jean-Jacques Goldman, pour se persuader que sa musique est bonne. Beaucoup le lui l’ont dit, hier et maintenant, en atteste le titre honorifique de « meilleur DJ de soirées de France », qu’il transporte avec lui depuis 2017. Mais si ce prix, décerné par Zankyou, enseigne bien connue des amoureux, vient convaincre de sa capacité à marier ses sonorités avec le temps, Brice Etienne n’a guère besoin de ses platines pour se justifier de son talent.

De cette envie d’avoir envie de faire danser les gens. De les faire chanter aussi, alors qu’à s’asseoir sur un banc cinq minutes avec lui, suffit à prendre le pli de cette passion dévorante. Parce qu’avec lui, le temps est bon, le ciel est bleu, et même un simple café suffit à percer sa fascination. En veux-tu, en voilà, l’artiste se plaît ainsi à démontrer combien il vit pour elle, jour après jour, depuis ses 15 ans. Entre temps, près de 30 ans ont passé, soit autant de styles au hit-parade, sans qu’aucun ne lui échappe. Tenter de le piéger sur l’ère moderne et les « musiques de jeun’s » devient même un pari risqué, autant que fut le sien, au crépuscule de ses études.

Puisqu’il n’eut que l’amour pour les platines, une fois les présentations faites par Nicolas Broquet, Brice Etienne ne put s’empêcher en effet, de s’essayer aux symphonies. Et à l’événementiel, son autre tube favori. « Ma boite, Loki Concepts, avait été créée (en 2001, ndlr) dans le cadre d’un projet étudiant. À l’époque, j’organisais des soirées étudiantes, puis j’ai enchainé avec les soirées d’entreprise », raconte-t-il. Il n’empêche, alors que certains voient la musique donner une âme aux cœurs, l’expérience Loki Concepts fut aussi courte que la carrière musicale de Licence IV. Sept ans tout au plus, le temps d’accompagner avec forme le lancement du Petit Paumé (en 2003), avant de prendre un grand coup derrière les oreilles en 2007.

« Je me suis retrouvé dans la crise des subprimes. Les budgets ont été gelés. Là a commencé ma traversée du désert », explique-t-il.

Des dettes plein les poches, Brice Etienne a pourtant su rebondir. Comme… vendeur chez Auchan d’abord, avant « qu’une boite dans l’alimentaire », ne lui permette de remonter la pente et de retrouver ses premiers amours, le week-end venu. « J’ai mis dix ans à reconstruire. Il a fallu tout recommencer, se refaire un réseau », expose-t-il. Les tubes devinrent moins sombres et de la pénombre jaillit l’idée du Key des Artistes, créé en 2012. Une nouvelle société événementielle, pilotée par l’intéressé et six DJ, où professionnels et particuliers pour les trois-quarts, s’éclatent désormais, à la queuleuleu…

Son bar à vinyles en action au Fort de Vaise, l’été dernier

Dans le Rhône essentiellement, à l’instar de l’OL dont il animera le parvis du Groupama Stadium dès l’an prochain, mais aussi sur d’autres contrées, comme au château de Bagnols, où il dynamisa les noces de Jo-Wilfried Tsonga. Sa recette ? « Aimer la musique de manière générale ». La bonne de préférence. « Arriver à marquer les gens par la musique, c’est ce que j’adore. Notre métier, c’est d’avoir une lecture de la piste et de s’adapter à la clientèle à l’instant T. Ce n’est pas à moi d’imposer ma programmation. Il faut trouver le liant entre les différents goûts musicaux », poursuit le quadragénaire, dont les clients sont conquis par son concept de bar à vinyles.

Alors si le corps est parfois tenté par plus de repos, la tête se complaît toujours à chiner de nouveaux trésors. Six scénographies différentes (vendues 550€ chacune), et près de 300 vinyles sont ainsi venus gonfler l’offre du Key des Artistes. Touché mais jamais coulé, Brice Etienne est donc né pour vivre de cette passion. Comme pour faire chanter à son public, cette chanson de Scorpions : « I still loving you » !

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…