Métropole de Lyon. Nouvelle fronde des maires contre les écologistes

13 février, 2024 | Actualités Politiques | 3 commentaires

Texte : Morgan Couturier avec MP – Alors que la Ville d’Oullins et la Métropole de Lyon s’écharpent sur le tracé de la voie lyonnaise numéro 6, des maires ont souhaité apporter leur soutien au maire Jérôme Moroge. Mobilisés en moins de 24 heures, la trentaine d’élus en a profité pour dire « stop à la Métropole autoritaire » et l’interpeller sur son absence de dialogue.

Il sera temps un jour de faire les comptes et de retracer épisode par épisode, cette guerre dressant les maires à la Métropole de Lyon. Déjà, en 2021, une trentaine de de maires de la métropole s’étaient retrouvés clandestinement dans les salons de l’Auberge Fond Rose à Caluire à l’invitation du maire Philippe Cochet. Au menu des discussions qui ont rassemblé des élus de tous horizons politiques (divers droite, Synergie, Les républicains…), les relations avec le président Bruno Bernard et ses vice-présidents écologistes et d’extrême gauche.

Aucun maire ne supporte que les écologistes prennent des décisions dans leur propre commune sans avoir été au préalable concerté et écouté.

Ces péripéties donneront sûrement naissance à une belle série à succès où chacun trouvera son compte, alors que le terme de cette saison 1 est encore loin. 2026 n’est que dans 2 ans. Un laps de temps bien trop important aux yeux des nombreux adversaires de Bruno Bernard et de son équipe. De fait, une trentaine de maires et élus (sur 58 communes dans la métropole de Lyon, ndlr) se sont à nouveau réunis le mercredi 7 février 2024, sur le parvis de l’hôtel de ville d’Oullins-Pierre Bénite, afin d’afficher leur désolation devant « l’autoritarisme » des écologistes.

Un site loin d’être anodin, tant la commune pilotée depuis le 6 janvier 2024, par Jérôme Moroge, subit actuellement les affres de la politique des Verts. En cause, la réflexion de ce dernier « sur l’évolution des mobilités » à l’intérieur de la commune, censées devenir selon lui, « plus accueillante pour les piétons et les vélos ». Mais aussi et surtout la menace de la mise à sens unique de la Grande Rue d’Oullins.

> Lire aussi :Fermeture du parking TCL d’Oullins, le relais de la bêtise des écologistes

Un scénario que la Métropole de Lyon tend à favoriser et à mettre en œuvre au plus vite. Son président, l’écologiste Bruno Bernard, prévoit en effet « la création d’un couloir bus-vélo sur la Grande rue pour améliorer la performance des bus et la sécurité des cyclistes », explique ce dernier sur Twitter, à l’heure d’initier des « expérimentations ».

Le chantage de la Métropole face à la désapprobation du maire d’Oullins

Une soi-disant phase de tests que réfute le maire d’Oullins, lequel n’a pas hésité à prendre deux arrêtés successifs pour suspendre les travaux… débutés sans concertation par la Métropole de Lyon. « À un moment, on a l’impression que la Métropole veut agir très vite pour réaliser ses travaux alors qu’il y a aucune urgence », a ainsi évoqué le maire d’Oullins-Pierre-Bénite, au micro de BFM TV, pointant également un chantage des élus écologistes et des menaces visant à ne plus verser un centime pour les prochains travaux de voirie de la commune.

« Le scénario de la Métropole de Lyon, favorisant la performance des bus et la sécurité des cheminements cyclables, a reçu 54% d’approbation », se défend Bruno Bernard, malgré l’existence de nombreuses pétitions se prononçant contre son projet, dont une mobilisant près de 4 400 signataires.

Le passage en force des écologistes de moins en moins accepté

Plus encore, alors qu’Oullins profite depuis peu du prolongement de la ligne de Métro B, la municipalité avait réclamé d’attendre les premières conclusions de cette installation avant d’avancer de nouveaux travaux. Celle-ci a donc décidé de réfuter, au moins temporairement, tous les scénarios de transformation imaginés par la Métropole, y compris celui prétendument élaboré par un collectif d’habitants et de commerçants, dont l’identité n’a jamais été dévoilée.

> Lire aussi, sur le même sujet : Horloge de Tassin. Pourquoi elle ne tourne plus rond

« La commune a même annoncé ne plus vouloir expérimenter son propre scénario. Cette attitude n’est pas acceptable et n’est pas respectueuse pour les habitants qui se mobilisent en concertation », ose Bruno Bernard en guise de parade, les deux scénarios retenus paraissant toutefois bien trop pro-cyclistes et piétons pour être imaginés par des commerçants, majoritairement opposés à ces projets.

S’ils génèrent de vives réactions, ces propos semblent donc exaspérer l’opposition et les maires des communes impactées, nombreux, déjà, à pointer le « refus de dialogue et d’écoute » des écologistes, au même titre que leur « dogmatisme » et leurs travaux forcés, comme en sont victimes Tassin La Demi-Lune (avenue de la République), et Lyon 6ème avec le cours Vitton ou le quai Général Sarrail. Pour autant, cette mobilisation très médiatique des maires de la Métropole, semble avoir trouvé un écho auprès de Bruno Bernard. En effet, si Fabien Bagnon s’est lui, gargarisé de la mobilisation de… 80 habitants favorables à une Grande Rue à sens unique, devant ce même Hôtel de Ville d’Oullins, le président écologiste se dit prêt à lâcher du lest.

« Rendez le pouvoir aux maires »

« La Métropole de Lyon est prête à ne pas soumettre à l’expérimentation son propre scénario, bien que celui-ci ait été majoritairement sollicité lors de la concertation », concède-t-il, réclamant toutefois l’expérimentation du scénario imaginé par le fameux collectif de commerçants et… la mise à sens unique partielle de la Grande Rue. « Cette ouverture de notre part doit s’accompagner d’un compromis de la Commune en faveur du scénario des habitants et des commerçants prévoyant la mise à sens unique de la Grande Rue entre la rue du Perron et le Pont d’Oullins. Nous souhaitons que ce scénario des collectifs d’habitants et de commerçants puisse être expérimenté », écrit-il encore.

Alors que l’intéressé évoque une « main tendue » envers Jérôme Moroge, reste à savoir si ce compromis saura apaiser la fronde des maires d’opposition et perdurer dans le temps. « Rendez le pouvoir aux maires », avaient réclamé avant cela, les élus concernés, le long d’une large banderole. Après les réunions publiques pour le moins houleuses, le lancement de la plateforme faitesvosvoeuxpour2024 et la formulation de vœux particulièrement acerbes à l’encontre des Verts, l’affrontement a jusqu’alors pris une tournure plus agressive. L’heure est-elle à l’apaisement ? Réponse au prochain épisode !

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

3 Commentaires

  1. Anonyme

    Je valide à 100% la démarche des maires, il y en a assez de ces imposteurs !

    Réponse
  2. Pedro de la X-Rousse

    Soutien total aux maires de la métropole qui doivent rester décisionnaires dans leurs villes !

    Réponse
  3. JPRoude

    En parlant de décision autoritaire le nouveau Maire d’OullinsPierreBénite n’a pas eu droit au même type d’article à charge de la part de Lyon People concernant la fusion de communes sortie de nulle part…. RdV dans les urnes dans 2 ans.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mercredi 24 avril

Saint Fidèle


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…