Lyon. L’humanité au chevet de la crèche de Fourvière

17 décembre, 2020 | DERNIERE MINUTE | 0 commentaires

Par Bernard Gouttenoire

C’est une année, 2020, pareille à celle de l’an zéro. Il y avait déjà une sorte de pandémie, (voulue par l’autorité en Palestine).

Ordre d’assassiner chaque nouveau-né fut donné, dans tout le pays de ce Jésus, annoncé comme le futur grand roi qui dominera le monde. Ce fut une hécatombe. La vierge Marie, pour protéger l’innocent agneau issu de sa chair, dut fuir les hordes d’un pouvoir sanguinaire. Rien n’a vraiment changé, quel poète inconscient, a dit « le soleil c’est pour les pauvres pour les aider à vivre » ?

A Fourvière, où l’on insiste chaque année sur le nom de Marie, flanqué sur la colline (comme le peintre Giorda a su le montrer dans son tableau exposé au Musée Paul Dini), on rend gloire à Celle -bénie entre toutes les femmes- qui a bien voulu accepter la mission de Gabriel, le plus heureux des archanges (comme le démontre l’écrivain Michel Feuillet, dans son ouvrage « L’Évangile en Majesté » édition Mame).

Et c’est lui -Gabriel- qui nous accueille encore dans la crypte de la basilique pour organiser la gigantesque et spectaculaire crèche de Noël imaginée par le sculpteur lyonnais Estelle Reverchon (ci-dessus), visible jusqu’au 2 février 2021, à la crypte de Fourvière, de 10h à 18h30). Bien plus qu’un show « son et lumière » c’est un témoignage applaudi par tous les humains, en recherche de vérité et de Paix.

Un enfant nous est né, Gloire à Dieu, au plus haut des Cieux… et Paix, installée sur la terre…

Paix sur la terre ? Pas vraiment ! Quand on mesure le flot du sang des justes, versé depuis 2000 ans d’histoire, dans tous les pays les plus reculés du globe, au nom de Dieu-Allah-Yaveh… Heureusement, que des hommes de bonne volonté, ici et là, (à Lyon), se sont levés -vent debout- contre les injustices, massacres qui ont entaché l’essence même du signe d’espérance de l’étoile sur la crèche. Revenons à cette réalité dans la pure vérité de son message essentiel. Un sauveur nous est né, des entrailles de Marie… pour nous laver du poids des turpitudes, des infamies, du péché et des coups portés aux ventres des mères.

La crèche ? On y rencontre cette année la jeune Blandine qui n’a jamais renoncé aux Trois Gaules, en proie à la bête furieuse, qui en un face à face, l’a encornée. On retrouve dans la suite Irénée (2ème évêque de Lyon), qui ne fut en son temps guère épargné (comme le fut dernièrement, son successeur). C’est d’ailleurs, le 131ème successeur d’Irénée, le cardinal Philippe Barbarin, qui a reçu Estelle Reverchon pour faire le portait -au plus juste- du grand Saint, qui se ligua à Lyon, contre les hérésies.

Et puis, il y a l’abbé Pierre (ci-dessus) qui fit tant pour les pauvres qui avaient faim et froid (à partir de l’hiver 54), comme le furent le père Antoine Chevrier (inventeur du Prado), et Gabriel Rosset (fondateur du foyer des Sans-Abris), qui descendait de la volonté d’accéder aux plus petits, promue par Jean-Marie Vianney, le curé d’Ars (à qui le diable s’est copieusement attaqué, n’entravant jamais sa détermination à œuvrer pour les miséreux)…

Ceux-là, seront-ils rejoints par Coluche (il le faudrait), tant son formidable élan des « restos du cœur » a fédéré des hommes dignes, et plus tard, par le père Bernard Devert qui loge avec Alain Mérieux, les Sans-Logis, (qu’on ne confond pas avec les « sans-dents » de la plus douteuse politique), et le père Christian Delorme, lui aussi pradosien impliqué (qui consacre sa vie aux immigrés de l’Islam, et à nos frères musulmans déracinés). Oui, la crèche de Fourvière d’Estelle Reverchon, a plein d’hommes et de femmes de bonne volonté, à répertorier demain, dans ses rangs…

Oui, la crèche de Fourvière, symbole de ce monde entaché de vices, de cataclysmes et de puanteur, a -malheureusement- encore de beaux jours à vivre, tant que nos frères -nos propres voisins- seront malades et handicapés, chômeurs, battu(e)s et oubliés, esclaves abusés, accidentés, opprimés, blessés sous les bombes, tous les laissés pour compte… l’immense foule des hommes, toute l’Humanité, ici, rassemblée…

 

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mercredi 22 mai

Saint Emile


 

Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…