Par Morgan Couturier

Lassé des bouchons permanents provoqués par les corona-pistes installées par la Métropole sur l’avenue de la République, le maire de Tassin-la-Demi-Lune, Pascal Charmot veut avancer. Malgré les chiffres et les alternatives avancées par l’élu local, les écologistes demeurent prostrés dans le silence. Un nouvel épisode de la série #Lyon écolo.

Il va de soi d’avancer que renoncer fait office de petite mort. Mais puisqu’il a été répété ces derniers jours, que mourir peut attendre, Pascal Charmot espère en faire autant, pour sa ville comme pour ses administrés. Là n’est pas l’idée de sauver le monde, comme l’évoque le dernier film de Daniel Craig, mais simplement de sauver Tassin. Ou plutôt l’avenue de la République, confrontée depuis plus d’un an, à la pérennité de ses pistes cyclables.

Des « corona-pistes », instaurées par l’ancienne majorité, que la Métropole de Lyon, devenue écologiste, veut conforter de manière définitive. À tort, apparaît-il, tant les embouteillages générés par de telles installations s’avèrent néfastes à tout point de vue, comme c’est le cas sur les quais de Saône, Montée de Choulans ou Montée de la Boucle. Et sujets à contestation, à en juger la pétition lancée par les commerçants de l’avenue qui a récolté quelque 1800 signatures en octobre 2020.

Une moyenne de 47 000 véhicules par jour contre 250 cyclistes

Qu’importe, le temps passe et les problèmes d’hier sont toujours ceux d’aujourd’hui. Le tout, sans qu’aucune éclaircie ne se présente à l’horizon. La faute à Bruno Bernard et de ses équipes, murés dans le silence et l’immobilisme depuis des mois.  La visite sur place et l’implacable constatation faîte par Fabien Bagnon, délégué aux mobilités actives, n’a pas été suivie d’effet. Un scénario hélas bien connu des élus locaux, qui, une fois encore, exaspère les principaux intéressés.

Le scénario de bon sens proposé par Pascal Charmot prévoit 2 voies de circulation à usage mixte en direction de l’Horloge

« Cela fait 15 mois que ces pistes ont été mises en œuvre. Les propos avancés par la Métropole étaient que ça allait développer de manière massive l’utilisation des vélos. La preuve que ça ne l’est pas », soutient Pascal Charmot. Fin amateur de transports doux, l’édile en sait quelque chose.

Privé de toutes données chiffrées par les écologistes, ce dernier s’est attaché à respecter l’idée que l’on n’est « jamais mieux servi que par soi-même ». « Après le comptage vidéo des vélos, les résultats sont sans appel. En moyenne, nous avons 250 passages de cyclistes quotidiens sur un axe qui comptabilise 47 000 véhicules par jour à l’Horloge en semaine », relate-t-il.

En parallèle, la Métropole refuse l’installation de deux nouvelles voies cyclables

Un chiffre édifiant, loin de justifier la pérennité d’une double voie cyclable. « Ils nous invitent à devenir un vrai village indien ! Mais pour combattre l’idéologie écologiste, on se doit d’être pragmatique, d’apporter des éléments concrets », poursuit l’édile, évoquant par ailleurs, le refus par la Métropole d’apposer deux nouvelles voies cyclables sur des axes moins encombrés, que peut être l’avenue du 11 novembre.

Un paradoxe et une incompréhension que le maire de Tassin espère effacer au gré de projets alternatifs. Si la Métropole a, un temps, évoqué l’idée d’améliorer la fréquence des transports en commun, l’édile se dit lui, favorable à un tracé laissant entrevoir une voie de circulation vélo aller/retour pour trois voies de circulation automobile.

« On est d’accord, il y a une vraie asphyxie aux heures de pointe. La qualité de l’air est une préoccupation de la ville de Tassin et nous allons mettre en place tout un système de capteurs pour calculer cette fameuse qualité de l’air. Mais je demande à la Métropole de mettre en place une phase de test », réclame Pascal Charmot, lassé, comme ses confrères maires, du mode de fonctionnement écologiste.

Signataire de la tribune pour le Métropolexit, l’élu républicain sait aussi que « l’obstination est le chemin de la réussite ». Reste à savoir quel projet mourra le premier. Une chose est sûre, le scénario s’annonce haletant. Mais peut-être un peu long sur la durée.