Par Marco Polisson

Nos internautes ont beaucoup ri, l’automne dernier, à l’annonce de l’embauche de Marianne Zalc-Muller au cabinet de Bruno Bernard, le président écolo du grand Lyon. Rebelotte 6 mois plus tard lors d’un nouvel épisode de la série #Lyon écolo.

Inconnue du grand public, elle avait – pour principal fait d’arme – l’immense gloire (sic) d’avoir été la conseillère de l’éphémère ministre Sibeth Ndiaye *, risée de la France entière pour ses bourdes à répétition en matière de communication (sur les masques, notamment) au début de la crise sanitaire. Ce qui avait apparemment échappé au président écologiste de la Métropole.

Sur son profil Linkedin, Marianne a pris soin d’effacer ses désastreux passages auprès de Sibeth Ndiaye et Bruno Bernard… On la comprend ! Elle se présente donc toujours comme conseillère spéciale du gouvernement, poste occupé depuis 2019. Un beau mensonge numérique ! Capture d’écran réalisée le 14 mars 2021.

Six mois après son arrivée, Marianne Zalc-Muller – qui avait décidé de continuer de vivre dans la capitale et faisait les aller-retour Paris-Lyon au frais des contribuables – a présenté sa démission, révèle Tribune de Lyon. Nos confrères évoquent, sur la pointe des pieds, les raisons de ce départ précipité : « il est vrai que la greffe lyonnaise n’a jamais vraiment pris, ses relations difficiles avec les services ayant même souvent tourné à l’aigre, voire au conflit. »

Une erreur de casting symbolique de l’amateurisme des nouveaux élus écologistes…

*La catastrophique porte-parole du gouvernement d’Edouard Philippe a réussi à se recaser chez le numéro 1 mondial du travail temporaire, le groupe lyonnais Adecco, au poste de secrétaire général. Par quel miracle est-elle arrivée jusqu’au siège lyonnais du groupe ? Et avec quels émoluments ? Mystère…