Par Marco Polisson

Hors de contrôle. Les élus écologistes ont franchi un nouveau cap dans la violence anti-flic dimanche lors de la manifestation féministe organisée par les associations féministes et les partis de gauche et d’extrême gauche. Une outrance de plus pour la série #Lyon écolo.

On y voit notamment Grégory Doucet endimanché défiler tranquillement aux côtés d’une manifestante portant une pancarte anti-flic (ci-dessus). Sans que cela ne gène en aucune façon le maire des nouveaux Lyonnais, très à l’aise aux côtés des manifestantes anarchistes et trotskystes.

La maire de Saint Genis Laval a été l’une des premières à réagir sur twitter, rapportent nos confrères de Tonic Radio. Marylène Millet interpelle le cycliste écolo Fabien Bagnon auteur de ces photos en ces termes : « Police nationale=scandale sur une pancarte alors que nos policiers participent justement à la protection et à la défense des droits des femmes… la @PoliceNationale appréciera… »

Alors que plusieurs communes de la Métropole lyonnaise ont été le théâtre de nombreuses violences et d’incendies volontaires durant tout le week-end, les policiers avaient déjà pu apprécier le silence des élus écologistes alors qu’il se faisaient caillasser et insulter. Mais le pire était à venir en la personne de Marine Chastan, adjointe écologiste du maire du 8ème auteur du tweet ci-dessus qu’elle a supprimée depuis et qui commence ainsi : « La culture du viol est présente chez les forces de l’ordre… ». Tollé chez les syndicats de policiers !

Interrogé par Lyon People, Thierry Suquet, préfet délégué pour la défense et la sécurité, condamne vigoureusement ces propos : « Affirmer que la culture du viol est présente dans la police est inadmissible, diffamant et irresponsable, d’autant plus lorsque ces mots sont prononcés par une élue de la République. Chaque jour, nos policières, nos policiers, nos gendarmes et tous nos services de sécurité et de secours travaillent pour garantir la sécurité et porter assistance à toutes et tous, au premier rang desquels les plus fragiles. En ce 8 mars, je tenais à leur rendre hommage et à leur redire toute ma confiance ».