Par Morgan Couturier

(Mis à jour avec le cadeau bonus de Laurent Gerra) Au matin de son 300e jour à la tête de la mairie de Lyon, Grégory Doucet a connu un réveil mouvementé. D’abord chahuté dès l’aube, et malgré la pluie, par un collectif anonyme, l’édile écologiste a ensuite vu son bilan démoli par l’opposition.

Les traits tirés, le sommeil perturbé par les rodéos motos place des Terreaux et les pleurs de Victoire, sa dernière-née, Grégory Doucet n’a que très peu goûté, ces derniers jours, aux joies des soirées canapé-télé. Toujours est-il qu’à 47 ans, le maire écologiste aura sûrement eu l’occasion de visionner le péplum américain « 300 ».

300 comme le nombre de jours avalés dans son bureau de l’Hôtel de Ville. Et cette même réplique : « quel est votre métier ? ». Car si l’édile vert n’est pas de sang spartiate, sa bataille pour gagner les terres de la légitimité est tout aussi complexe que le conflit mené par le roi Léonidas. D’autant que ses opposants aspirent à la même conclusion : le voir tomber…

En attendant une telle issue, ses adversaires semblent bien armés, et ce, de bon matin, à en croire l’opération menée par le collectif « Wake Up Lyon ». Le petit Doucet a, en effet, été réveillé au son de « Wake me up before you go go » du chanteur Wham. Une mélodie évidemment pleine de sous-entendus, que ces contestataires, masqués d’une tête de lion, surent accompagner de malicieuses sonneries de réveil. Une manière de sommer l’édile à se reprendre en main, après moultes décisions controversées.

Des sous-entendus et un son : « Wake me up before you go go »

Un avis partagé par le maire du 2e arrondissement, Pierre Oliver, et le sénateur LR, Etienne Blanc, lequel n’a pas manqué de relater ces échecs successifs dans un cinglant point presse où sont pointés les menus sans viande dans les cantines, le Tour de France « machiste et polluant », l’écriture inclusive et autres marchés clandestins légalisés, pour ne citer que les polémiques les plus aberrantes recensées dans notre série #Lyon écolo.

« Le bilan des neufs premiers mois des Verts et de l’extrême gauche à Lyon, a dépassé toutes nos craintes. Derrière la façade de Grégory Doucet, ‘‘sauveur de la planète’’, il y a un véritable projet politique, celui d’imposer dans nos vies et dans nos villes, les concepts de décroissance, de démobilité et de refus de l’autorité publique », tacle ainsi le président du groupe Droite, centre et indépendants au conseil municipal.

Voilà donc Grégory Doucet nanti d’un authentique exploit : réussir à réunir toutes les familles politiques contre lui. Là est sa seule… Victoire, exception faite du prénom – supposé – de son héritière…


LAURENT GERRA EN CADEAU BONUS

Dans sa chronique matinale du jeudi 29 avril , l’humoriste préféré des Français a convoqué Pierre Perret, Charles Aznavour et Charles Trenet pour sulfater les maires écologistes de Bordeaux, Grenoble et Lyon ! Merci Élodie pour la source.

Un régal > à écouter ici !