Lumignons du 8 décembre à Lyon. Les tops et les flops des quartiers illuminés

10 décembre, 2020 | DERNIERE MINUTE | 6 commentaires

Faute d’imagination, la nouvelle municipalité écologiste avait tout misé sur les lumignons pour faire vivre l’emblématique fête des lumières 2020 en dépit de la pandémie. Nos reporters ont sillonné la ville le 8 décembre au soir pour relever les compteurs.

Crédibilité zéro. Peut-on boycotter le vœu des échevins en septembre et appeler les Lyonnais à sortir les lampions en décembre ? Les électeurs de Grégory Doucet pas vraiment dans le trip #MerciMarie ont répondu par la négative. Dans tous les arrondissements où le nouveau maire a réalisé ses meilleurs scores (Lyon 1, Lyon 4 et Lyon 9), les façades des immeubles sont restées bien noires… à quelques exceptions près. Fort heureusement, quelques fusées ont animé la soirée à l’insu de son plein gré !

Ce n’est pas étonnant : les habitants bobos de ces quartiers totalement gentrifiés sont, pour la plupart, déconnectés des traditions lyonnaises.

Très factuellement, c’est donc dans les deux arrondissements d’opposition (Lyon 6 et Lyon 2) que la tradition des lumignons a été la mieux suivie. Avec des records dans les plus lyonnais de ces quartiers : la Rédemption pour le 6ème et Ainay, pour le 2ème. Avec de grosses déceptions tout de même pour le cours Vitton, la place Bellecour et les quais du Rhône (rive gauche) battus à plat de couture par les quais de Saône : mention spéciale au quai Fulchiron (Lyon 5) et au quai Saint Vincent (qui sauve l’honneur de Lyon 1).

Le 6ème arrondissement a déployé ses lampions dans la cour du Lycée du Parc – Merci Samuel et Olivier pour la photo.

Vitton Roosevelt

Si le cours Franklin Roosevelt – fief des vieilles familles lyonnaises – a bien participé, le cours Vitton s’est avéré très décevant cette année, avec moins d’un étage illuminé par immeuble en moyenne.

Très triste de voir la façade du restaurant Pierre Orsi aussi sombre…

… heureusement, la place Kléber n’est pas complètement noire

Son prolongement du cours Franklin Roosevelt sauve l’honneur. Mais, fait inédit, des immeubles entiers s’affichent sans lampions comme celui de la BRA, angle rue de Créqui

Bravo aux habitants du n°29 cours Franklin Roosevelt dont tous les étages sont garnis

La Rédemption

Avenue Foch. Les immeubles du 58 (Capelli, ex-Chambre de Métiers) et du 60 (Ex-famille Saint Olive) ? Au top !

On a connu le 46 avenue Foch beaucoup plus joyeux…

Grosse déception à la vue de la façade de l’hôtel du gouverneur, sis 48, avenue Foch

Mention très bien au bloc 1 2 3 4, place Puvis de Chavanne devant la statue de Jeanne d’Arc

Le sommet du 31 avenue Foch bien enguirlandé par sa propriétaire Myriam. En poursuivant vers le parc, nous avons pu constater que l’avenue de Grande Bretagne était très faiblement illuminée…

Les quais du Rhône

Carton plein pour les immeubles du 36 et 37 cours d’Herbouville avec tous leurs étages enluminés (tabac-presse le Clike). Bravo également au quai Aristide Briand. En revanche, le quai Lassagne s’est avéré décevant tout comme le quai Jean Moulin. Mention bien aux résidents des 5, 6, 7, place Louis Chazette, à l’entrée du Tunnel de la Croix-Rousse.

La Presqu’ile

Dans la Presqu’île, les immeubles noirs dans la rue du Président Carnot sont les symboles de la déshumanisation de cette artère vendue par Gérard Collomb aux Saoudiens et dont tous les habitants « historiques » ont été délogés. Idem pour la rue de la République.

La rue Grolée est sauvée par le numéro 6 (Comédie Odéon) avec trois belles rangées de plusieurs mètres, soit une centaine de lumignons !

Rue de la bourse ? Un désert à l’exception du numéro 2, où se trouve la boutique du Bal masqué.

Sur la place des Jacobins, étrangement calme, le journaliste Serge T sauve l’honneur du 1, à la différence de son confrère Gérard A. côté Edouard Herriot.

Mention bien pour les immeubles Pitance du 6 et du 7 ainsi que pour l’entrée de la rue Mercière (ci-dessus). Bravo Catherine et Georges !

Place Bellecour, angle rue Edouard Herriot, des vigiles qui ne servent à rien… Apparemment, Grégory Doucet n’était pas informé de l’annulation de la fête… comme du feu d’artifice tiré à l’insu de son plein gré !

Dans leurs camions, les CRS roupillent… Ils ne verront pas passer les artificiers !

Place Bellecour, côté Rhône. Tous les immeubles – dont celui du Crédit Agricole – sont noirs. A la différence de leurs homologues du côté Saône.

Mention spéciale pour le 34 place Bellecour totalement éclairé !

Bravo également au bel immeuble de la rue Paul Lintier faisant face à la statue de Saint-Exupéry : 4 étages illuminés sur 5 !

Déception au 27 place Bellecour (Cercle de l’union) et au 26 (Fondation Napoléon Bullukian). Deux institutions 100% lyonnaises et zéro lumignon ! Heureusement, le 28 sauve l’honneur !

Ainay

Bravo à la rue Franklin et spécialement aux numéros 41 (à proximité de la pizzeria Napoli) et 34

Un sans-faute pour le bloc 51 53 55, rue Franklin démarrant à l’angle de la rue de la charité

Place Carnot. Zéro pointé pour la faculté catholique (sic) sise dans l’ancienne caserne Bissuel… Des cours sur l’histoire du 8 décembre seraient à programmer en urgence !

… mais l’immeuble voisin du Jump’s Corner a allumé ses 4 étages.

De jolies guirlandes au numéro 22 de la place Carnot

Grâce à ses bénévoles, la mairie du 2ème a été entièrement illuminée

En pignon de la rue Vaubecour, le 5, place Gensoul rayonne.

Très bel alignement sur l’ensemble des numéros pairs de la rue Vaubecour (du 2 au 24 sans discontinuer). Idem pour la rue Jarente

Bravo au bouchon Abel fort bien illuminé en dépit de sa fermeture

L’immeuble d’angle des 1 et 2, place Antoine Vollon très bien garni (comme les assiettes de Little Italy !)

Les couleurs du 7, place Antoine Vollon réhaussées par trois étages de lumignons

Le Théâtre des Célestins… n’avait pas non plus compris la thématique du soir !

Les quais de Saône

Un sans-faute pour le quai Fulchiron et son emblématique immeuble Bossan

La colline intemporelle et ses bâtiments emblématiques : la primatiale Saint Jean, le palais de Justice et Notre Dame de Fourvière

Félicitations aux habitants du quai Saint Vincent et des immeubles canuts le surplombant

La Croix-Rousse

Boulevard de la Croix rousse. Les hôtels particuliers sont lumineux ainsi que l’immeuble n° 83 avec 4 étages éclairés sur 4. Le reste de l’arrondissement est très décevant.

A défaut de lumignons, des guirlandes de chez Lidl sur la mairie écologiste du 4ème, ou crèche l’adjoint en sandales… Ceci explique sans doute cela !

Le niveau était également très élevé au 21 de la rue docteur Rafin

Fin de notre boucle à Caluire. Mention bien au chemin de Boutary et à l’immeuble Les Horizons

ET VOTRE IMMEUBLE ?
Cet album n’est pas exhaustif, nous le complèterons avec vous. Si tous les étages de votre immeuble était illuminé le soir du 8 décembre, merci d’envoyer sa photo et son adresse à morgan@lyonpeople.com

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/morgan" target="_self">Morgan Couturier</a>

Morgan Couturier

Le journaliste de Lyon People, c’est bien lui ! En quête de scoops, toute info est la bienvenue !

6 Commentaires

  1. gIORGIO fISMODI

    Comme écrit sur certains réseaux sociaux , certains n’ont pas illuminé pour ne pas donner l’impression de suivre les désirs du petit doucet qui voulait dénaturer la tradition en changeant le thème .

    Réponse
  2. jej

    Il y avait surtout beaucoup de vent à La Croix-rousse. Je n’arrêtais pas de les rallumer…

    Réponse
  3. Anonyme

    Il est vrai que la fête des lumières n’avait pas son prestige des années précédentes. Et ce n’est pas avec les nouveaux élus que celà va s’arranger, hélas!⛷

    Réponse
  4. Dom69

    Bonjour concernant les lumignons, le vent a sans doute découragé les bonnes volontés. Personnellement cette année je n’ai pas pu illuminé le côté rue de mon appartement (Lyon 3). Après 3 tentatives d’allumage, j’ai renoncé…

    Réponse
  5. Francoise charnay

    Le vent a sûrement decourage j ai dû rallumer une dizaine de fois les lampions (adresse quai du rhone Université)
    Par contre je tiens à remercier l auteur de ce reportage qui doit être un peu lyonnais et qui au debut de cet article a mentionné les lampions …. et non pas lumignons qui est juste un terme associé à « la fête des lumieres » et non pas aux « illuminations » qui ont berce mon enfance

    merci merci et merci à force d entendre « lumignons » ils ont presque reussit à me mettre le doute

    Réponse
    • Laurence

      Enfin quelqu’un qui se souvient qu’à Lyon on emploie le terme « lampions » et non « lumignons ».
      Quand s’est effectué le glissement vers ce mot qui n’était absolument utilisé dans mon enfance et ma jeunesse ? Quand on a commencé à parler de « fête des lumières » ?
      J’ai l’impression d’une amnésie collective.
      Au moins nous sommes deux à mettre les lampions sur le rebord de la fenêtre 🙂
      Loin sont les Illuminations.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mercredi 24 avril

Saint Fidèle


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…