Par Morgan Couturier

Il y a bien son homonyme, un anonyme coureur cycliste du même âge pour lui causer du tort, mais Alexandre Aulas passe au-dessus de cela, au même titre que les mauvaises langues qui ont vite fait de ramener sa réussite à celle de son illustre paternel que le Lyonnais a accepté en 2011, de rejoindre au sein du holding familial. « Je n’ai ressenti aucune pression », avait-il glissé à nos confrères du Progrès.

Pour ce faire, cet ancien pensionnaire de l’ESDES a pris soin de faire ses gammes de son côté, dans la finance d’abord, chez Rothschild à New-York ou Apax à Paris, puis dans l’entrepreneuriat en s’occupant de deux restaurants à Londres et à Lyon puis de l’entreprise WyzGroup. Un parcours qui lui a ouvert les portes de la direction générale de Holnest, anciennement ICMI.

Une implication remarquée, qui fait aujourd’hui la fierté de son géniteur, lequel n’hésite plus à lui confier des responsabilités au sein de son club chéri. Conquête des actionnaires chinois, négociations dans la construction du Grand Stade, Alexandre Aulas emploie le gros braquet. De là l’imaginer prendre la présidence du club, il n’y a qu’un pas, que certains osent déjà franchir.

Né le 5 janvier 1986 à Lyon
Scolarité : Ecole de commerce ESDES
Job actuel : Directeur général de Holnest

>Dossier complet « Jeunes décideurs » à retrouver dans le magazine Lyon People de septembre 2020