Par Marco Polisson

Un jeune homme a été victime d’un lynchage vendredi soir à Lyon alors qu’il prenait la défense de 4 femmes. L’été de tous les dangers à Lyon.

Il suffit de jeter un œil à la rubrique Faits divers des sites internet lyonnais pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène. Depuis le meurtre, fin juillet, d’Axelle Dorier, trainée sur 800 mètres par le véhicule de Mohamed et Youcef, les agressions n’ont pas cessé.

Deux exemples significatifs : samedi 8 août, un conducteur de bus est aspergé de gaz lacrymogène par deux jeunes prénommés Abdel Karim et Gisley. Déférés devant la justice, ils écopent de 10 mois avec sursis, 400 euros d’amende et de travaux d’intérêt général… Cela est-il suffisamment dissuasif ?

Quatre jours plus tôt, l’employée de la boulangerie Sensations à Décines est frappée à coup de béquilles par deux femmes sans masques, avant de tomber à terre. Après avoir proféré des insultes racistes à son encontre, elles lui crachent au visage, rapporte Lyon Mag. Auteure principale de l’agression, Sarah Boubeka a été jugée en comparution immédiate : 10 mois de prison dont 4 avec sursis…

Des similitudes troublantes avec l’affaire Marin

Vendredi dernier, place Bellecour, c’est au tour d’Augustin Richard, 17 ans, de voir la haine ethnique en face. Après s’être interposé entre 4 jeunes femmes et leurs harceleurs, à hauteur du Monoprix de la place Antonin Poncet, il est tabassé par ces derniers au nombre de 5 : mâchoire fracturée, cervicales touchées, il est toujours hospitalisé ce soir.

Content goes here

C’est son frère Grégoire qui a donné l’alerte sur les réseaux sociaux en donnant une description précise des agresseurs, « des racailles » selon lui. La vague de sympathie et de solidarité envers cet étudiant en Histoire a été immédiate alors que le hashtag #justicepouraugustin était activé. Sur Facebook, le groupe de soutien comptait déjà 2546 membres ce soir.

Plusieurs personnalité politiques ont apporté leur soutien au jeune homme dont la famille nombreuse est très connue à Lyon comme en Dombes.

Content goes here

Content goes here

La Police Nationale a lancé un appel à témoins pour retrouver les agresseurs d’Augustin.

Content goes here