Par Morgan Couturier

Amoureuse de Saint-Cyr au Mont d’Or, Christelle Guyot bat la campagne l’esprit vaillant, avec la conviction profonde de tenir des arguments novateurs. La candidate divers-droite tient à protéger l’esprit de son village. Une mission qui passe par un dialogue plus approfondi avec ses électeurs.

L’échec des municipales 2014 est oublié. Ainsi soit-il, car dans cette guerre qu’est la politique, apprendre de ses échecs est toujours bénéfique pour mieux se relever. Six ans après avoir vu son rêve électoral s’envoler au profit de Marc Grivel, Christelle Guyot n’a donc rien perdu de ses ambitions. Au contraire, galvanisée par les nombreux sourires formulés par ses administrés, la candidate divers-droite s’estime même « plutôt favorite ».

Une conviction profonde née d’un impératif, celui de sauver un village de « plus en plus bétonné ». Alors comme « la confiance n’exclut pas le contrôle », dixit Lénine, la quadragénaire entend sauver Saint-Cyr avant tout. « On a une chance de dingue d’habiter là, mais on devient de plus en plus une ville. Avant, on avait de la verdure, et aujourd’hui, on a que du béton », évoque-t-elle, en tançant le bilan du maire sortant.

« Il faut travailler avec les riverains, les consulter en amont. C’est indispensable »

Juriste de formation, Christelle Guyot est donc prête à plaider : Saint-Cyr doit demeurer ce poumon vert qui fait sa force et son attractivité, bien que « l’offre de transport en commun soit sous dimensionnée ». Soucieuse d’endiguer ce désagrément, la candidate n’en exclut pas pour autant la sécurité de ses riverains. « On veut débloquer une application citoyenne sur le principe de Waze, pour avertir de toute nuisance », poursuit-elle.

Une idée novatrice, symptomatique d’une volonté profonde d’investir toute la communauté saint-cyrôte, et ce, dans l’optique d’éviter des contentieux de plus en plus nombreux, à l’instar de la construction de la nouvelle bibliothèque. Un échec de la majorité, qui aujourd’hui, fait la force de l’opposition.

 



Marc Grivel
Le dindon de la farce (bis) ?

Élus sur des listes de droite en 2014, Marc Grivel et le groupe des maires DVD Synergies n’ont pas tardé à rallier le socialiste Gérard Collomb pour obtenir des postes de vice-président avec chauffeur au Grand Lyon. Une « collaboration » qui n’a pas manqué de faire réagir leurs électeurs. Pour les remercier, lui et ses compères, Gérard Collomb n’a pas trouvé mieux que de les faire disparaître de la future assemblée métropolitaine en instituant un scrutin au suffrage universel direct.

Désormais, les maires des petites communes ne siègeront plus automatiquement à la Métropole qui décidera donc de l’avenir de leur commune… sans eux !

Marc Grivel a eu beau taper du pied, rien n’y a fait. Il s’est retrouvé le dindon de la farce électorale à laquelle il avait participé ! En représailles, il a décidé de soutenir le dissident David Kimelfeld qui l’a propulsé tête de liste aux élections métropolitaines sur la circo du Val de Saône. A Saint-Cyr, il a décidé de s’effacer au profit de son ancien adjoint, PatriceGuillot. Ce dernier fait office de principal adversaire à Christelle Guyot, alors que la commune devrait observer une bataille à quatre avec l’entrée en piste Gérard Frappiert, ancien adjoint aux transports et Jacqueline Ruiz, issue de la liste de gauche écologiste.