Par Marco Polisson

Dans la guerre froide qui oppose le bloc de l’Est (Communistes, trotskystes et Verts) à celui de l’Ouest (LREM, centristes et Républicains), le maire du 2ème a logiquement choisi le camp de la liberté. Pour le 2e tour des élections municipales, Denis Broliquier rejoint la liste de rassemblement Etienne BlancGérard Collomb. Il s’explique :

« A la suite du premier tour des élections, à Lyon, les résultats ont placé les Verts en tête, loin devant les autres formations politique. C’est l’expression d’une aspiration nouvelle des électeurs lyonnais qu’il faut entendre même si on doit la replacer dans son contexte d’abstention record liée à la crise sanitaire.

Désormais, l’alliance annoncée des Verts avec la gauche et l’extrême gauche change la donne. J’ai toujours fait le choix du centre, de la modération et de l’intérêt de Lyon et des Lyonnais. Fidèle à mes convictions, aujourd’hui, c’est l’intérêt de Lyon qui me préoccupe encore. C’est d’ailleurs autour de ces convictions que j’ai pu réunir une équipe indépendante, ouverte et libre pour le premier tour.

« Une liste d’ouverture et de raison pour faire barrage à l’extrême gauche et à l’idéologie »

Aujourd’hui, nous n’imaginons pas que la France Insoumise et les partisans de la décroissance puissent parvenir aux commandes de Lyon et de la Métropole. L’écologie est un enjeu crucial qui ne doit pas être opposé à l’économie. Nous devons au contraire construire une croissance économique raisonnée pour générer les moyens de mieux répondre aux enjeux environnementaux. L’idéologie n’a jamais apporté de solutions durables.

 C’est pour faire barrage à l’extrême gauche et à l’idéologie que je choisis de rejoindre la liste d’ouverture et de raison lancée par G Collomb et E Blanc. Si nous avons été concurrent en bien des occasions, aujourd’hui, nécessité fait loi pour assurer un avenir équilibré et durable à Lyon dans un contexte de crise économique majeure. » conclut Denis Broliquier.

Pour rappel, ses listes centristes avaient réuni 4,15% des électeurs lyonnais, lors du 1er tour, le 15 mars 2020, et ne pouvaient se maintenir pour le second tour. Denis Broliquier figurera en 3ème position sur la liste d’union emmenée par Pierre Oliver (LR). Parmi les propositions phares du maire de la presqu’ile, la démolition du centre d’échanges de Perrache.

Si l’on additionne les voix de Pierre Oliver (22,67%), d’Anne-Sophie Condemine (11, 42%) et celles de Denis Broliquier (18,71%), la nouvelle coalition pèse 52,80% des électeurs du premier tour. Le second arrondissement devrait rester à droite le 28 mars. Dans le 6ème, sa tête de liste a refusé de fusionner… ce qui condamne Luc Lafond et Fabienne Lévy à la retraite politique anticipée.