Par Morgan Couturier

En profond désaccord avec Max Vincent dont il a été l’adjoint, Eric Mazoyer entend incarner le renouveau. Pour cela, l’enfant de Limonest souhaite s’appuyer sur ses concitoyens. Son slogan : « la commune, c’est vous » !

Pour avancer, il faut parfois faire table rase du passé. À 58 ans, Eric Mazoyer en est pleinement conscient, lui l’ancien adjoint au maire, aujourd’hui porté vers une campagne municipale qui l’invite à braver l’autorité de son ancien référent, un certain Max Vincent, avec qui la cohabitation a fini en eau de boudin, le tout, sur fond de profonds désaccords autour de la construction d’un centre multisports au cœur de l’Agora.

« J’ai été en phase avec beaucoup de choses et je ne m’en défausse pas. Mais là, rien ne va plus. Pour autant, je ne me bats pas contre l’homme, je propose une alternative », évoque-t-il. Une décision murie depuis sa démission le 26 septembre dernier, que cet agent commercial entend désormais assumer jusqu’au bout, galvanisé par l’envie de redonner « un nouveau souffle », à Limonest, ce village d’à peine 4000 habitants qui tend selon lui, à perdre son appréciable tranquillité.

« Travailler avec autrui, c’est là où vous êtes le plus fort »

« Les gens veulent être paisibles. Limonest ne doit pas devenir comme Dardilly. Je veux recréer l’esprit village qu’on a perdu. Il faut faire respecter les fondamentaux, garder nos jeunes, redonner de l’éclat au centre-ville et ne pas être une ville-dortoir », argumente-t-il. Une rude mission pour ce « gamin de Limonest », pour laquelle ce dernier s’est adjoint les services d’une « équipe qui rassemble toute la population et qui touche toutes les couches sociales ».


« Je prends des gens neufs qui vont apporter de nouvelles compétences », poursuit le leader de « Limonest en avant ». La marche en avant semble à ce prix, mais alors que le verdict implacable des urnes approche à grands pas, Eric Mazoyer aspire surtout à donner la parole à ses concitoyens, à les écouter et à agir en fonction de leurs retours. Une métaphore moderne de l’Agora, ce lieu jadis motif d’altercations, que l’intéressé veut ériger en vaste jardin public, un projet aux antipodes du complexe multisports voulu par son opposant et facturé 12M€.

« Mon mot, c’est la concertation et le collaboratif »

De grosses dépenses que le candidat de « Limonest en avant », souhaite atténuer, de façon à réduire le budget de fonctionnement et réinvestir sereinement. D’autant que pour cet ancien républicain, Limonest apparaît « à un tournant de son histoire », une histoire où la commune travaille main dans la main avec ses habitants et déploie un nouvel arsenal pour les protéger.

« Il faut doubler le parc de caméras pour accroître la sécurité dans toutes les zones. Après, il faut garder le contact avec la réalité économique. On ne peut pas tromper la population. Je ferai ce que j’ai écrit, et mon équipe ne sera pas tranquille si on ne fait pas changer les choses », promet Eric Mazoyer. Ces paroles écrites noir sur blanc, l’élu s’attache désormais à grappiller les voix et concrétiser son rêve. Sans fanfaronner, mais avec une certaine confiance : « c’est du 60/40 » !