Texte : Morgan Couturier – Après avoir annoncé la suppression de 1700 places de stationnement au sein des parkings souterrains, la mairie écologiste s’attaque au stationnement résidentiel. La majorité entend restreindre ces tarifs à un véhicule par foyer. Un nouvel épisode de la série #Lyon écolo.

La majorité écologiste aime jouer avec les nerfs des Lyonnais. Mais alors que le défi de stationner est déjà particulièrement complexe, voilà Grégory Doucet et la Nupes, prêts à engager ses concitoyens sur un niveau supérieur autrement plus difficile. En cause, la proposition prochaine de la majorité de limiter le nombre de vignettes de stationnement résidentiel à une par foyer, contre une par véhicule jusqu’à présent. La mesure doit être officialisée lors du prochain conseil municipal.

« Cette mesure punitive et contraignante démontre l’échec du dialogue entre l’exécutif et les Lyonnais », proteste Yann Cucherat, représentant du groupe d’opposition « Pour Lyon ». Outre l’absence de dialogue avec les résidents concernés, ce sont surtout les répercussions de cette mesure qui semblent préoccupantes. Dans un contexte critique, marqué par la hausse des prix, de nombreuses familles vont être pénalisés.

« Une mesure caractéristique de la traque de l’automobiliste »

En effet, « cette mesure revient à faire payer très cher pour un second véhicule, parfois indispensable à certaines familles », poursuit l’ancien adjoint de Gérard Collomb. Avant de poursuivre : « Il s’agit d’une mesure prédatrice, caractéristique de la traque de l’automobiliste que mène la majorité municipale ».

Pour autant, en gonflant la facture des administrés concernés, ces derniers pourraient être tentés d’utiliser leur véhicule au détriment des transports en commun, et ainsi échapper à une addition quotidienne trop importante. À moins que de bonnes affaires soient à prévoir sur le marché de l’occasion…