Emeutes à Lyon. Comment Grégory Doucet s’est fait le complice des pilleurs

11 juillet, 2023 | Actualités Lyon, Actualités Politiques, POLITIQUE | 5 commentaires

Texte : Marco Polisson La colère gronde contre Doucet chez les commerçants et les habitants de Lyon victimes des bandes de banlieue venues piller la ville en marge des manifestations pour Nahel.

Les images sont encore dans toutes les têtes. Dans les nôtres bien sûr, tristes spectateurs des pillages et des saccages ayant frappé l’agglomération dans la nuit du vendredi 30 juin (notre reportage ici). Mais surtout dans celles des commerçants – désormais en dépression – qui ont tout perdu cette nuit-là.

Le buraliste de la rue de la Charité est formel. Le pillage de sa boutique aurait pu être évité.

Nous avons rencontré ceux de la rue de la Charité en marge du déplacement de Laurent Wauquiez et de Pierre Oliver venus, vendredi, annoncer la mise en place d’un système d’aide immédiate par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Notamment le buraliste Mohamed, dont la boutique a été entièrement ravagée (facture 150 000 euros) (lire leurs émouvants témoignages ici).

La responsabilité du maire de Lyon et de son adjoint est engagée

Tous nous ont raconté la même histoire : entre le moment de l’attaque (vers 23h et jusqu’à minuit) et le lendemain matin, samedi, ils n’ont pas vu l’ombre d’un képi. Ils sont restés seuls face aux pilleurs qui les harcelaient. Notamment, au Monoprix des Cordeliers, où nous avons assisté à trois vagues successives de pillage, sous les yeux de deux gérants tétanisés.

Vous connaissez, en matière de circulation routière, le phénomène du suraccident. Le petit Grégory a inventé son corolaire en matière de vandalisme : le surpillage.

En l’absence de la police municipale, le Monoprix des Cordeliers a subi trois vagues de pillage dans la nuit de vendredi à samedi.

On vous explique le phénomène : vendredi, après la première vague d’attaques menées par des militants d’extrême gauche et des jeunes de banlieue, de nombreux magasins se sont retrouvés éventrés. La Police nationale (CRS, BAC ? BRI…) poursuivant la tête de la manifestation sauvage, il leur était impossible de garder les magasins tout juste attaqués.

Et c’est là que l’appui de la Police municipale de Lyon était décisif. Ses agents auraient dû être postés devant les magasins pillés pour réconforter et soutenir les commerçants incapables de résister aux pilleurs opportunistes venus refaire leur shopping (trois passages pour certains) après le passage de l’avant-garde politique, comme le souligne le gérant du Totem (vidéo ci-dessous).

Les révélations du responsable FO de la Police municipale sont éloquentes. Tout comme celles de la préfète Fabienne Buccio : Grégory Doucet a refusé de prêter main forte à la police nationale et de placer ses agents devant les commerces pillés. Ces derniers, planqués à l’Hôtel de Ville, ont dit « leur honte » de n’avoir pu intervenir pour soutenir leurs collègues.

Double peine et récidive anti lyonnaise

L’absence de caméras de vidéo-surveillance – honnies par les écologises – n’a pas permis non plus d’identifier les véhicules faisant le ramassage des vêtements et chaussures de marques pillées dans les boutiques, notamment celles de Graphiti, rue Edouard Herriot, et de Trendy, rue de la Charité. Nous avons suivi l’un des pilleurs déambulant en toute impunité, les bras chargés de polos, jusqu’à son « taxi ».

> Lire aussi : une bande s’attaque à la concession de Richard Drevet

L’amateurisme des écologistes en matière de gestion municipale, leur refus de prendre à bras le corps les problèmes d’insécurité et leur dogmatisme angélique en la matière expliquent cette nouvelle bévue. Qui s’ajoute au long cortège d’absurdie et de polémiques anti-lyonnaises dont Grégory Doucet et les élus écologistes se sont fait les champions depuis trois ans (la série complète de leurs exactions est ici).

Leur appel à la désobéissance civile, leur complicité avec les casseurs black blocs et CGT* aux côtés desquels ils ont défilé lors des manifestations contre la réforme des retraites (lire ici), les refus de certains d’entre eux de participer au rassemblement de soutien aux maires de France agressés font d’eux les complices des pilleurs soutenus par Sandrine Rousseau.

Dernière certitude : la nullité et la vacuité de l’adjoint à la sécurité dilettante Mohamed Chihi, de plus en plus criante, ont explosé au grand jour. Totalement discrédité, sa seule porte de sortie est la démission.

*Au micro de France 3, la responsable CGT de la police municipale a apporté son soutien à Grégory Doucet. Hasard…

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

5 Commentaires

  1. Ereip

    C’est à marée basse qu’on voit les rochers. Vous l’avez élu la moule, dorénavant ce sera votre problème encore quelques années !

    Réponse
  2. Pol

    Le rôle de la police nationale n’est pas de courir après les manifestants pour déplacer la casse sur un plus grand périmètre mais de protéger les commerces et d’arrêter les destructeurs de magasins.
    des vidéos montrent les pilleurs de magasins à visage découvert. facile à retrouver et à sanctionner. que fait on ?…..l

    Réponse
    • Anonyme

      N’importe quoi ces fausses arguties

      Réponse
  3. Johnmacfly

    C’est une honte qui devrait entrainer la démission immédiate du Maire de Lyon. Quand à la responsable CGT de la police municipale ; no comment ! On sait pertinemment ce que l’on doit à ce syndicat corrompu dans la destruction de la France depuis des décennies.

    Réponse
  4. Anonyme

    C’est lamentable…On est attaqué de l’intérieur par une idéologie qui trouve son terreau dans la tolérance …. Il faut siffler la fin de cette tolérance et de cette bienveillance qui se retourne contre nous et qui est en train de détruire notre société.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 12 avril

Saint Jules 1er


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…