Montpellier, qui n’avait plus battu Lyon depuis dix ans, a stoppé cette série noire (1-0) samedi à la Mosson, lors de la 20e journée de Ligue 1, grâce au 14e but en championnat de son attaquant international Olivier Giroud. Les joueurs de René Girard confortent leur deuxième place au classement derrière le Paris SG, mais confirment surtout leurs ambitions face à un prétendant au titre toujours 4e mais à désormais cinq points des Héraultais et huit du PSG. Face à la meilleure attaque de Ligue 1, l’entraîneur lyonnais Rémi Garde avait dû composer une défense totalement inédite du fait de six absences déplorées. Si l’arrière-garde rhodanienne a plutôt bien résisté aux assauts locaux, elle a fini par craquer face à Giroud, le meilleur artilleur du championnat, qui, d’une frappe croisée du pied droit en angle fermé sur un service de Dernis, a délivré les 18.889 spectateurs de la Mosson (62e). Auparavant, l’entame de match avait donné une première tendance de la domination montpelliéraine. Sans leurs Africains et avec un Cabella dans le rôle de "meneur" en lieu et place de Belhanda, les Héraultais mettaient à mal la défense lyonnaise à quatre reprises en à peine dix minutes. Cabella touchait ensuite le poteau (30e) et Loris, sauveur de l’OL à l’aller, était de nouveau décisif durant les dix ultimes minutes de la première période devant Utaka et Dernis. Si, à la mi-temps, la victoire n’avait toujours pas choisi son camp, le club héraultais menait clairement aux points sous le regard de Jean-Louis Gasset, installé en tribune officielle aux côtés de… Yoann Gourcuff, même pas sur la feuille de match. Le but de Giroud réveilla enfin une équipe lyonnaise au sein de laquelle Lisandro Lopez s’est montré plutôt discret. Rémi Garde n’était pas loin du coup parfait en faisant rentrer Lacazette, qui faillit égaliser (69e) dans la foulée. Passée ce sursaut, la mainmise restait bel et bien montpelliéraine. Et les vingt dernières minutes n’y changeaient strictement rien, Giroud (82e), Aït-Fana (85e) et Koita (92e) se créant même les meilleures occasions. Battu à Gerland (1-2) quand il aurait pu espérer un meilleur sort, Montpellier a pris sa revanche de belle manière.