Par Morgan Couturier

Vainqueurs de Wolfsburg en finale ce dimanche (3-1), les Lyonnaises conservent leur titre européen pour la cinquième année consécutive. Une performance historique qui place les partenaires de Wendie Renard parmi les équipes emblématiques de la plus prestigieuse des compétitions européennes.

La force de l’habitude est ainsi faite, chaque édition de la Ligue des Champions convie l’OL à la table des finalistes. Un banquet gourmand, où chaque conclusion se dessine de la même manière : le festin est lyonnais et l’hôte dévoré tout cru par ces prêtresses du foot féminin, sinon européen.

Car si plus aucun club ne semble en mesure de résister au talent de Le Sommer et compagnie, les mots eux-mêmes, semblent aujourd’hui manquer pour décrire leurs performances, leurs victoires et donc leur règne.

Un quinquennat incontestable qui force l’admiration, et qui au soir d’une septième couronne, ne laisserait insensible aucun politique, et aucun club. Pas même le grand Real Madrid, dont les hommes, avaient réussi la performance alors incroyable de chiper la Coupe d’Europe cinq années de suite, de 1956 à 1960.

Prochain objectif : effacer le Real Madrid des livres d’histoire

Une époque lointaine, tellement attachée à des vérités surannées, qu’aucun expert du ballon rond n’osait imaginer un jour un autre club imiter le géant ibérique. Et pourtant, voilà la fin de l’été rimer à nouveau avec trophée pour les Lyonnaises, qui… en terres espagnoles, ont donc empoché une cinquième Ligue des Champions consécutive face aux pauvres Allemandes de Wolfsburg, rapidement réduites au silence sur trois réalisations de Le Sommer (25e), Kumagai (43e) et Gunnarsdottir (88e).

La coupe d’Europe à nouveau accordée à l’OL, le club de Jean-Michel Aulas peut désormais s’amuser à charrier son homologue parisien, et s’autoriser à rêver plus grand. Un fantasme qui conduirait les Lyonnaises à s’imaginer soulever ce trophée dès l’an prochain, pour une sixième année de suite. Une légende qu’aucun artiste du ballon rond n’a jamais encore réussi à écrire.

Lyon s’en approche, bien comme pour toute nouvelle conquête, la mission s’annonce on ne peut plus compliquée. Soit ! Mais à juger du talent des Lyonnaises, plus rien ne semble effrayer les reines d’Europe !