remi-garde-et-jma.jpg Photo © Fabrice Schiff

 

 

Rémi Garde a annoncé jeudi à la presse qu’il se dirigeait vers une prolongation de deux ans à Lyon au poste d’entraîneur du club.

 

"J’ai effectivement rencontré le président (de Lyon, Jean-Michel Aulas) ça s’est très bien passé, le président m’a remis officiellement une proposition de prolongation", a expliqué l’entraîneur, 46 ans, en poste depuis juin 2011. "Je vais regarder, étudier, pour l’instant on en est là, tout simplement, il y a des points à affiner (mais) oui, on va effectivement dans ce sens-là (d’une prolongation), probablement de deux ans", a ajouté Garde en réponse aux questions des journalistes. En succédant à Claude Puel en juin 2011, Garde ne s’était engagé que pour une année. La victoire en finale de la Coupe de France, samedi contre Quevilly (National), qui mettait fin à une disette de titre pour l’OL depuis 2008, a sans doute été déterminante dans sa décision d’aller vers une prolongation de contrat, même si l’objectif N.1 du club, une qualification pour la Ligue des champions, semble compromise. Natif, comme M. Aulas, de L’Arbresle, commune de l’ouest lyonnais, Garde bénéficie du soutien de l’ensemble des composantes de l’Olympique Lyonnais, ce qui était loin d’être le cas de Puel. Le conseiller de "JMA", Bernard Lacombe, a d’ailleurs souvent comparé Garde à Pep Guardiola, l’entraîneur du FC Barcelone, qui comme lui incarne "l’esprit club".

 

Ambiance apaisée

Et l’ambiance s’est apaisée depuis sa prise de fonction, après quatre années difficiles dans les rapports entraîneur-joueurs, puis avec les supporteurs. D’un naturel calme et discret, son attitude sur le banc a aussi rapidement tranché avec celle de Claude Puel, souvent agité en bord de touche.  Bernard Lacombe a connu Rémi Garde en 1988 quand il était revenu à Lyon comme entraîneur-adjoint aux côtés de Raymond Domenech. Les deux hommes avaient fait de ce joueur de 22 ans, marqué par deux graves blessures aux genoux, le capitaine de l’équipe qui devait remonter en L1 au printemps 1989 après un purgatoire de six ans. Et à l’OL, à la suite d’une carrière qui l’a mené à Strasbourg (L1, 1993-1996) puis Arsenal (1996-1999), l’actuel entraîneur (6 sélections en équipe de France) a occupé, depuis 2003, après avoir aussi été consultant pour Canal+, les postes d’entraîneur-adjoint de Paul Le Guen et Gérard Canal+Houllier, d’observateur, de responsable de la cellule de recrutement et, la saison dernière, de directeur du centre de formation. Plutôt que sur le banc de l’équipe professionnelle, certains, à l’Olympique Lyonnais, l’auraient bien vu directeur sportif, manageur général ou conseiller, un poste occupé par Lacombe. Mais il a toujours dit qu’il ne voulait pas être celui qui prendrait sa place.