Par Marco Polisson

C’est dans le jardin de l’hôtel particulier de la Fondation Napoléon Bulukian que Florence Verney-Carron a reçu des mains de Françoise Nissen, ancienne ministre de la Culture, les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres.

Le cadre est inconnu des Lyonnais qui passent 26, place Bellecour. Derrière la façade de cette maison du XVIIème, ancienne propriété de la famille Villardière, se dissimule un bel hôtel particulier construit sur le modèle parisien : côté cour et côté jardin. L’immeuble est depuis 1984, la propriété de la Fondation Napoléon Bullukian, présidée par Jean-Pierre Claveranne. *

Qui était Napoléon Bullukian ? Ce petit-fils d’un riche caravanier arménien, dont la famille a été décimée lors du génocide perpétré par les Turcs, a fait fortune dans l’immobilier sous l’ère Herriot et Pradel. A sa mort, il a légué ses biens à sa fondation. Cette dernière est très active dans le soutien aux jeunes artistes, d’où le lien avec Florence Verney Carron, très impliquée dans les milieux de l’art avec son mari, le galeriste Georges Verney-Carron, et ministre de la Culture de Laurent Wauquiez dans la précédente mandature.

Le lieu était donc bien choisi, tout comme la marraine Françoise Nyssen, ancienne ministre de la culture d’Emmanuel Macron, amie de Florence depuis 6 ans et très attentive, comme elle, au festival d’Aurillac. Mais plus que l’affiche, pour les 50 invités triés sur le volet, primait avant tout le plaisir de se retrouver autour de l’une des dernières courtisanes – au sens intrigantes –  lyonnaises, sur les notes de piano d’André Manoukian.

Avant qu’elle ne décline ses remerciements, les gammes du musicien lyonnais ont apporté un souffle de légèreté… permettant aux larmes de Florence de s’envoler sous le regard amusé et attendri de l’assistance. « C’est ma façon de m’exprimer, je ne suis pas dépressive ! », a-t-elle susurré au micro pour rassurer ses fans. Qui, au demeurant, n’étaient pas vraiment inquiets, vu qu’ils avaient déjà vécu pareille averse lors de sa médaille de l’ordre national du Mérite.

> * Reportage complet sur cet hôtel particulier dans le magazine Lyon people, consacré au patrimoine de la Place Bellecour (en ligne, ici)

 Vendredi 17 septembre 2021