Par Christophe Magnette

Avec CRC (Conseil Rénovation Construction), Gérald Loctin et Samuel Jacob ont créé (en 2013), un spécialiste de la maîtrise d’œuvre. Qui se distingue par un esprit de corps et d’équipe, “parce que seul d’aucuns vont vite, mais à plusieurs on va plus loin.” Leur ligne d’horizon reste ainsi à découvrir.

Dans la famille CRC, donnez-moi les deux dirigeants associés : Gérald Loctin d’un côté, aussi expansif que méticuleux et Samuel Jacob de l’autre, aussi discret qu’instinctif. Le feu et la glace, le Yin et le Yang mais une dichotomie efficace. Car de ce paradoxe supposé naît une famille qui s’agrandit au fil des années : deux filiales, CRC Énergies (en août 2016) qui réalise les projets en matière de climatisation (cornaquée par Mathieu et Sébastien), CRC Élec, en septembre 2017 (aux mains d’Adrien, Aurélien et Cédric), CRC Promo qui s’autorise quelques opérations de promotions et la p’tite dernière, qui a vu le jour en juin 2020 : CRC Concept.

Avec Samuel, nous aspirions à nous développer commercialement parlant auprès des architectes, souligne Gérald. Forte de ses années chez Richardson, Charlotte Lecomte est apparue comme la personne idoine pour s’associer avec nous et apporter toujours plus de valeurs ajoutées à la marque CRC”. Faire une marque de CRC, une signature, le vœu assumé par les deux dirigeants prend jour et esquisse les contours d’un futur radieux. Le prochain 2021 est déjà dans les cartons : CRC déco pour celles et ceux concernés par des activités de peinture ou de papiers peints. Offrir une palette, parmi la plus large possible sur fond de compétences et de bonne humeur, la promesse CRC donne envie à l’envi.

Nous proposons une expertise tout au long du processus de construction, rappellent les deux amis-associés. Un grand nombre de corps de métiers sont intégrés à CRC, essentiellement le second œuvre ; des sous-traitants (une cinquantaine) viennent en renfort (depuis plus de sept ans) pour compléter les corps de métier afin de satisfaire la demande.” Surfant presque exclusivement sur le bouche-à-oreille, depuis la création du groupe jusqu’au dernier-né, (CRC Concept), Gérald et Samuel se structurent donc. Et construisent, au propre comme au figuré.

Avec CRC Concept, une filiale spécialisée en produits techniques et sanitaires

Leurs références (moitié “particulier”, moitié “professionnel”) parlent d’elles-mêmes. À commencer par les magasins Afflelou, “outre les franchisés, nous réalisons de plus en plus de succursales, depuis la conception jusqu’aux travaux, en passant par le dépôt en mairie”, se félicitent Gérald et Samuel, pas peu fier de poursuivre les travaux de rénovation de la Reine Astrid, “le premier étage est terminé, nous commençons les deuxièmes et troisièmes niveaux pour une livraison finale du projet, sept étages donc, en milieu d’année prochaine”.

Une opération symbolique du savoir-faire (et savoir-être) made in CRC ! Enclin, “plus que jamais” assure la team CRC à l’unisson, “à devenir un acteur majeur de la vie de la cité et de l’économie lyonnaise en particulier”, la stratégie à moyen terme du groupe se veut limpide : “Fédérer autour de nous et générer du business dans différents secteurs qui mettent en lumière notre large savoir-faire, souligne Gérald Loctin. Qu’il s’agisse de rénovation de locaux commerciaux, ou d’habitat ; à Lyon comme partout ailleurs.” Et CRC Concept doit apporter sa pierre à l’édifice, “en proposant une solution optimale, et optimisée, au cœur des nouveaux segments de la rénovation de demain”.

Une quinzaine de collaborateurs aujourd’hui, “sans doute dix de plus l’année prochaine”, une volonté (affirmée) de se rapprocher toujours davantage des architectes et autres bureaux d’études, plus que jamais les associés souhaitent contribuer à mettre en exergue tous les bienfaits inhérents à une entreprise générale, le fameux “clé en main”. Peu impacté par la pandémie, “nous avons continué à travailler et signer des contrats, sans compter la quinzaine de chantiers en cours actuellement”, CRC cultive simultanément savoir-faire et savoir-être. CRC : trois lettres, un acronyme appelé à prendre de l’épaisseur, comme la promesse d’un esprit qui souffle. Différent, bien sûr.

Un investissement familial dans le bio !

Les bons résultats du groupe CRC ont donné des idées à Gérald Loctin et Samuel Jacob. L’idée ? Investir un autre secteur d’activité, mû par… une autre idée derrière la tête, le tout saupoudré d’une dimension familiale. Gérald : “Nous avons décidé d’investir dans le secteur du bio, à travers un groupe tenu par mon frère, Sébastien Loctin. Avec Biofuture, et à travers ses deux marques commerciales, Quintesens et Holifood, il promeut une alimentation saine et durable, sans le moindre compromis. Cette association d’acteurs engagés pourraient offrir à CRC de nouvelles opportunités en proposant ses compétences de spécialiste de la maîtrise d’œuvre.” Enfin, autres investissements à noter, aux côtés de leur ami, Simon Hoayek (PDG-fondateur de Byblos) : les glaces Mammamia et Mon Liban, rue Mercière, dirigé par Anis Jacob.