Par Lucas Mollard

Inauguré en 1980 par Raymond Barre et François Leotard, le Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon a formé plus de 5 200 musiciens et danseurs professionnels.

Les habitués connaissent la musique et pourtant, une fois plongé dans l’ambiance du Conservatoire, il devient complexe de ne pas se laisser bercer, et séduire par ce lieu singulier, un ancien couvent qui accueillit les apprentis vétérinaires avant les grands musiciens et danseurs de demain.

Un vieux refrain, aujourd’hui effacé par la prestation des jeunes artistes, à l’image des différentes soirées orchestrées pour célébrer cette 40e année d’existence Le département danse, le grand collectif d’improvisation, le Jeune Ballet, l’ensemble XX-XXI, la classe de direction de choeur ou encore la classe d’orgue ont ainsi investi la salle Varèse et la salle Darasse pour marquer le coup, mais surtout proposer un programme digne de l’évènement.

 Après la soirée d’ouverture du 18 février, date du décret de création de l’établissement, les festivités se sont en effet poursuivies tout au long de la semaine, afin de permettre aux Lyonnais de rencontrer la chorégraphe Maguy Marin ou le réalisateur David Mambouch, à la suite de la diffusion du film L’Urgence d’agir. En point d’orgue, les Cantigas de Maurice Ohana ont fait office de touche finale. Une belle conclusion pour un ballet qui lui, n’est pas près de s’arrêter.

 Mardi 18 février 2020