Par Morgan Couturier

Fraîchement rachetés par le groupe SLG, les ateliers Grège Cérémonie, établis dans l’Yonne, sont spécialisés dans la confection de tenues de cérémonie et de gilets haut de gamme. Mais crise oblige, Sébastien Le Guillou a décidé de transformer ladite entreprise en site de production de masques de protection.

La mode est ainsi faite, elle invite inlassablement à se réinventer. Qu’importe les années, les raisons de changer ne viennent jamais à manquer. 2020 n’échappera donc pas à cette règle, le coronavirus nous obligeant à revoir nos process, en attestent les transformations orchestrées par le groupe SLG, dirigé par Sébastien Le Guillou et Julie Demont.

Victime du confinement, qui pénalise la vente de costumes et tenues de cérémonies, le duo a donc décidé de se réinventer, au gré de cette dernière acquisition. Un bon moyen de relancer l’activité, et de mettre à profit la qualité de ses nouvelles structures, comme le laisse suggérer la transformation des Ateliers Grège, rachetés en janvier dernier par la compagnie lyonnaise.

Plus de 50 000 masques confectionnés jusqu’à présent

Habituel fournisseur de Moreteau, ladite entreprise de confection a en effet décidé de bouleverser ses traditions, pour se transformer en site de production de masques anti-Covid-19. « On n’avait plus de commandes et la demande était très importante, alors on s’est adapté », dévoile Sébastien Le Guillou.

Depuis deux mois, ses treize couturières se démènent ainsi pour répondre aux attentes des entreprises et autres communautés de communes, ravies de profiter de la qualité de ces masques en tissus haut de gamme, en cours d’homologation AFNOR. « On a produit plus de 50 000 masques, détaille l’habilleur officiel de l’Olympique Lyonnais. On a même acheté deux postes de plus pour pouvoir répondre à la demande ».

« Pour le mois de juin, on a également en projet de créer des surblouses »

Et si l’activité traditionnelle de l’entreprise bazarnaise est amenée à progressivement reprendre son cours, Sébastien Le Guillou entend s’atteler à la création de masques encore quelques mois. « Nous allons basculer sur une production alternée en juin/juillet. A la rentrée, l’idée, c’est que les masques ne représentent que 30% de la production », soutient-il.

Car si ce business permet actuellement de sauver une partie du chiffre d’affaires, le groupe lyonnais a également en projet de confectionner des surblouses pour les dentistes et autres infirmiers. Le tout, avec en point de mire, le développement plus à-propos, de la marque Ateliers Grège. Promise à la création d’un site internet en septembre prochain, celle-ci profite pour l’heure de la crise pour accroitre sa popularité. Après tout, les héros aussi portent des masques !