Par Morgan Couturier

Confronté à une montée en flèche des cessations des paiements, l’Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes tient à venir en aide aux entreprises. Le gouvernement travaillant sur l’élaboration d’un plan de relance, l’entité rhônalpine se veut force de propositions.

C’est là toute la complexité d’une crise, en sortir est un défi parfois périlleux, sinon obscur. Mais alors que le ciel ne cesse de s’assombrir au-dessus des entreprises, quelques éclaircies demeurent encore possibles, comme tient à le croire l’Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes. À une condition, réagir et vite, comme l’ont suggéré ses deux vice-présidents régionaux, Damien Dreux et Damien Cartel, confrontés à de nombreuses fermetures d’entreprises.

« En tant qu’experts-comptables, nous ne sommes pas mieux lotis, mais nous sommes au cœur des entreprises et nous souhaiterions participer à la constitution de plans de relance », évoquent-ils, alors même que les dernières mesures instaurées peinent encore à être comprises de tous.

Faciliter les remboursements et les démarches administratives

« On ne sécurise pas les entreprises en termes de lisibilité des aides qui leur sont proposées. Or, si on veut passer cette crise, il faut apporter de la lisibilité aux chefs d’entreprises, et que les pouvoirs publics s’appuient sur nous », évoque ainsi Damien Dreux.

D’autant que dans cette bataille, l’Ordre des Experts-Comptables ne semble pas manquer de propositions, à commencer par la mise en place d’un moratoire immédiat sur la question des Prêts garantis par l’Etat (PGE), de manière à offrir une plus grande flexibilité de trésorerie aux sociétés concernées.

« Nous avons  été très sollicités pour aider les entreprises à avoir ces PGE. Mais 5 ans pour rembourser, ça risque d’être trop juste. Donnons de la flexibilité immédiate », soutient Damien Cartel, lequel milite pour un remboursement échelonné sur dix ans maximum, à plus forte raison en ces temps complexes, où les chiffres avancés font état  de 10 à 20% des entreprises dans l’incapacité de rembourser ces prêts dans les temps.

« On subit les décisions sans concertation »

« On pourrait redynamiser les entreprises du territoire », conforte Damien Dreux, également favorable à une amélioration du système d’exonération des charges. « Pour sortir du chômage partiel, c’est une exonération des charges progressive qui sera la solution », propose-t-il, alors que l’expertise-comptable croule sous le poids des demandes.

« Il faudrait apporter de la souplesse dans les déclaratifs », avance de son côté Damien Cartel, alors que la recrudescence des documents administratifs provoque de plus en plus de « difficultés au niveau ressources humaines ».  « Je suis très fier de nos professionnels, qui ne se sont jamais arrêtés pendant cette période. Il n’empêche, il existe des outils de paiement plus rapides, susceptibles de faciliter les démarches administratives. Les entreprises doivent se repenser dans leurs modes de fonctionnement », interpelle l’Ordre des Experts-Comptables.

Ces propositions faites, l’Ordre aspire désormais à se faire entendre. Pour lui, le changement doit se faire maintenant. « On subit les décisions, alors que l’on veut être appelé à la table des concertations ». Le vœu sera-t-il exaucé ? Réponse au prochain épisode !