Lyon. Le Grand Hôtel Dieu, cimetière du commerce indépendant ?

15 septembre, 2022 | BUSINESS NEWS | 21 commentaires

Texte : Marco Polisson (Mis à jour, le 19 septembre 2022) Pour les Lyonnais, ce sera toujours l’Hôtel-Dieu. En 2018, ses exploitants ont souhaité rajouter l’adjectif « Grand » pour le hisser à la hauteur de leurs ambitions mercantiles. Pour effacer aussi son passé au service des malades et des indigents, qui était sa vocation première et pluri centenaire.

Malheureusement pour eux, « grand » se conjugue aujourd’hui avec grand fiasco, à en juger par les faillites à répétition qui se succèdent depuis 4 ans. Nul besoin de revenir sur celle de la Cité de la Gastronomie, la plus emblématique, dont la responsabilité est partagée par la Métropole de Lyon, la société espagnole Magma Cultura choisie sur appel d’offres pour l’exploiter et par Scaprim, gestionnaire de l’Hôtel-Dieu pour le compte du Crédit Agricole. La valse des enseignes est une preuve évidente de l’amateurisme du gestionnaire prêt à signer avec n’importe quelle marque pour encaisser au plus vite ses loyers.

De nombreux badauds parmi les visiteurs, peu de consommateurs.

A chaque interview, Patrick Muller, le directeur du site, annonce des chiffres mirobolants en termes de visiteurs. Le problème, évoqué sans cesse depuis 2018, est qu’il ne les a toujours pas convertis en consommateurs. Ce qui est problématique pour les commerçants confrontés à un cout exorbitant des loyers, identifié par tous les acteurs que nous avons rencontrés, comme le problème numéro 1 du Grand Hôtel Dieu rénové pour 250 millions d’euros. Le Crédit Agricole, dont les méthodes ont fait l’objet d’une enquête de France 2, a racheté le site à Eiffage et veut rentabiliser son investissement au plus vite… quitte à scier la branche sur laquelle il est assis.

Le problème numéro 2 réside dans une communication inefficace et non ciblée. Les visuels du GHD – sans doute facturés à prix d’or – sont aussi creux qu’invisibles. Résultat, les enseignes doivent souvent communiquer par elles-mêmes, ce qui engendre des couts supplémentaires alors que les loyers sont déjà astronomiques, entrainant par exemple la faillite, avant l’été, de l’enseigne de prêt à porter Kayl N Co qui avait énormément investi dans un show-room de 1500 m2. En pure perte. A cela s’ajoute les problèmes de circulation et de stationnement…

Aucune promotion des halles alimentaires qui sont à l’agonie

Trois ans après l’inauguration, combien de Lyonnais savent-ils que le centre commercial recèle des halles alimentaires de 1200 m2 ? Avez-vous déjà vu une campagne de communication mettre en scène ses artisans ? Désertes une grande partie de la journée, les Halles de l’Hôtel-Dieu ont perdu cet été leur boucher, en l’occurrence, la société AMT Viandes Hôtel-Dieu, cousine de la célèbre maison-mère Trolliet qui recentre son savoir faire sur les Halles Paul Bocuse. Où elle bénéficie de la reconnaissance qu’elle mérite.

Ce mardi 13 septembre, c’était au tour du poissonnier Vianey de ranger ses filets pour se replier dans son port d’attache croix-roussien. Ces départs n’ont fait qu’aggraver les relations déjà exécrables entre les 9 commerçants des Halles et le gestionnaire Scaprim, une situation qui dure depuis 2019. Selon nos sources, à la suite de Trolliet et Vianey, d’autres enseignes des halles devraient fermer leurs portes avant la fin de l’année, car la situation est intenable.

Les artisans, réunis autour de Jean-Paul Pignol dans un GIE, ont en effet investi 2 millions d’euros dans l’aménagement des halles, auxquels s’ajoutent 530 000 euros de loyer annuel (soit 41 000 euros par mois). « Le stand de Cerise et potiron est vide, officiellement pour cause de manque de personnel. On voit mal comment les autres commerces pourraient tenir dans un tel contexte. Au final, ces halles resteront comme une énorme erreur de marketing, avec des prévisions de fréquentation fantasmées » conclut le chroniqueur gastronomique Harry Covert. En guise de clap de fin ?


FRÉQUENTATION DU SITE
Le nombre de visiteurs au GHD

En 2017, Scaprim annonce une prévision de 10 millions / an, un an avant l’ouverture
2018 : Ouverture le 27 avril, 100 000 visiteurs par semaine
2019 : 4,8 millions de visiteurs (- de 100 000 par semaine)
2020 : Covid
2021 : Covid
2022 : 5,2 millions de visiteurs (100 000 par semaine)

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

21 Commentaires

  1. Pol

    Les grands travaux de Collomb ! Et vous vous moquez des écolos ?

    Réponse
    • Bernard

      pas besoin d’avoir fait des grandes études pour savoir que cette situation était prévisible. je pense souvent à tous les donateurs (a qui il reste juste une plaque de marbre) pour faire de cet hôpital hotel dieu pour les plus nécessiteux et en faire maintenant ce lieu pour faire de l’argent ,juste revanche.reconnait quand même que c’est une très belle renovation

      Réponse
      • Bernard

        suite à mon message precedent, avec la politique des ecolos pour les déplacements en voiture ,on a pas envie de venir à Lyon et les zones interdites ils n’ont plus le droit

        Réponse
        • solen

          Venir en ville en voiture ? quelle idée saugrenue !! A Lyon ou ailleurs, les centre-ville ne sont pas adaptés aux flots de voitures à moins de devenir des parkings géants……genre retransformer les quais du Rhône en parking, ça serait triste.

          Réponse
    • Anonyme

      Super d’accord avec cet article, dommage que beaucoup de super magasins (Second Cup, Roi Rene etc…) se font avoir par les paroles de SCAPRIM, et finissent par clôturer. Bon courage à ceux qui sont restés.

      Réponse
    • MARC POTY

      https://www.lyonpeople.com/business-news/lyon-le-grand-hotel-dieu-cimetiere-du-commerce-independant-2022-09-15.html

      Bravo mon Cher Marco, tu mets et expose sur ce « papier » numérique la réalité du phénomène « Hôtel Dieu », dont le fiasco était programmé depuis l’An 549, lorsque Childeber réunit un Concile à Orléans, sous la présidence de l’assemblée, Sacerdos (cela ne s’invente pas), évêque de Lyon, où fût promulguée une malédiction pour qui changera la nature de cet établissement, fondé et financé par ce même Childebert et son épouse Ultrogothe en faveur des indigent de LUGDUNUM.

      Bien à Toi

      Marc Poty

      ____________________________

       » N’imaginez plus Votre Information, Vivez-la « … !

       » Et, faisons ensemble que nos valeurs, puissent être nos lumières »

      Quiconque dispense un message, verbal ou imprimé, aspire à ce qu’il soit Reçu et Utile. [Axel KHAN]
      ____________________________

      Bien cordialement

      Marc Joël Pierre POTY

      Journaliste
      En Quête d’Humanité
      En Recherche de Vérité !

      [La Vérité chemine souvent en longeant la frontière de la Terre du Mensonge]

      https://m.facebook.com/marcjoelpierrepoty/

      https://www.facebook.com/marcpoty

       » C’est seulement lorsque tu connais la Vérité, que la Vérité te rend Libre  »
      – Eileen Caddy –
      (La petite Voix)

      Téléphone + 33(0) 603 115 857

      Le Journal de Marc Joël Pierre POTY
      sur Facebook :

      https://www.facebook.com/marc.poty.9

      M.P.PHOTOS-LYON ®
      Bien vu, Marc

      Réponse
  2. Rene

    Quel gâchis disait Parmentier.Detruire l’hôpital Hôtel dieu pour faire du fric les voilà bien punis. Le miroir aux alouettes et les loyers bien chers a payer par ceux qui travaillent et ceux qui ramassent leur placement mais jusqu’à quand!!!

    Réponse
  3. CAMBET

    On ne peut pas tout rejeter dans la restauration du Grand Hôtel Dieu. Il faut tout d’abord bien comprendre qu’il n’était plus possible de faire vivre un hôpital dans des locaux du XVIII ème siècle.Il faut surtout saluer le travail remarquable de l’architecte Didier Repellin qui a su mettre en valeur la très grande qualité architecturale de ce qui est l’un des plus beaux monuments de Lyon. Deux fautes graves ont été commises par Gérard Collomb, à l’initiative du projet. Tout d’abord croire qu’il suffit d’ouvrir un centre commercial pour que les clients se précipitent faire leurs achats. Et surtout, la pire, est la suppression du musée de la médecine qui était remarquable. Il attirait l’attention sur ce qui fit de la médecine lyonnaise l’une des plus brillantes de France, depuis un certain Rabelais jusqu’aux grands « pontes » tel que le professeur Paufique. Fermer ce lieu fut un « crime » envers l’histoire de Lyon. Au lieu de refaire une cité de la gastronomie, il serait préférable de faire revivre le musée de la médecine qui, avec les moyens numériques actuels, serait d’un grand intérêt

    Robert CAMBET

    Réponse
    • E.t

      Belle réponse. Merci

      Réponse
  4. Baba

    je comprends pourquoi toit est extrêmement cher la deday

    Réponse
  5. Anonyme

    250 millions d’euros pour un Fiasco total !!!!!!!!!

    Réponse
  6. Chris

    Lyon people ? Lyon potins plutôt, ou comment faire d 1 seule photo un article qui n’est pas du tout à la hauteur de l’ampleur du véritable enjeu de la restructuration de ce vieil hôpital défraîchi presque en ruines que les initiateurs ont put découvrir !
    Le plus grand chantier de rénovation d’Europe !
    Un quartier entier qui a émergé autour de cet ensemble historique ramené à son état originel, forcément il faut a un moment payer pour en arriver à cette excellence de réalisation réussie.
    bon quant à la photo, il ne suffit pas de prendre la photo d’un wagon de métro vide pour en faire un article que plus personne ne prend le métro !
    plus bel hôtel de France, plus beau bar du monde 2021, il faudra un peu de temps pour que ce vaste projet prenne sa place dans l’environnement lyonnais !
    Les confinements et l’absence des touristes étrangers sont peut être plus la cause de certaine faillites que le prix des loyers !
    lyonnaise lyonnais Venez admirer le travail réalisé de par vous même !
    Et ne vous fiez pas trop a ces articles où les infos ne sont même toutes vraies !

    Réponse
    • BRUNO BRIGAUD

      et je me gare où??? combien vais-je payer mon stationnement ? non sincerement , je n’ ai toujours pas mis les pieds dans ce lieu ….et je n’irais pas ! , le luxe trop peu pour moi et mon porte monnaie !

      Réponse
  7. Mouais

    Un commentaire l a déjà dit,le musée de l hôpital était superbe et très intéressant.ne pas l avoir garder est une grossière erreur d autant plus qu il aurait fait le lien avec l ancienne activité du lieu.
    Et que sont devenus les nombreux et émouvants ex votos tous différents qui garnissaient les cloîtres au niveau du sol, peut être pas perdus pour tout le monde, il ne reste plus que les tableaux avec des listes de donnateurs.
    Certains disent que c’est une belle rénovation,moi je trouve que c’est froid et tristement commercial l

    Réponse
    • Anonyme
  8. MULLER

    Si l’état n’accablait pas la classe sociale supérieure à coût d’impôts trop élevés, de primes énergie, pouvoir d’achat ou rentrée scolaire inexistante, croyez-moi que je dépenserais volontiers mon argent au Grand Hôtel Dieu qui propose de beaux magasins.

    Réponse
  9. GIORDANO

    Cette rénovation est du bel ouvrage. Les loyers pratiqués ont ils une justification économique ? Les visiteurs : personnellement j’habite l’ouest lyonnais, et je ne me déplace plus à Lyon centre depuis de nombreuses années. Tout est fait pour que je n’y aille plus. Circulation – Parkings – Restrictions – Trottinettes – Sécurité – plus envie.

    Réponse
  10. Laroche

    la rénovation est magnifique.
    Par contre j’ai fait trois fois le tour pour trouver l’accès aux halles. Très mal indiqué. Et j’ai trouvé cela très triste pour des halles alimentaire. Les vendeurs s’ennuyaient à Mourir. Chez Cerise et potiron 3 cerises au fond d’une barquette a 25 euros le kg et chez pozzoli 3 baguettes et quelques viennoiseries c’était tristouille.
    Il faudrait donner de la vraie vie a cette endroit.

    Réponse
  11. GILLET marc

    Il n’était pas nécessaire d’avoir fait polytecnique pour comprendre qu’un complexe situé dans une ville devenus inaccessible pour les « non Lyonnais intra-muros » devrait se contenter d’une clientèle restreinte, que les « locaux » et les travailleurs de proximité ne constitueraint pas une clientèle suffisante.
    Je suis un Lyonnais « pur-porc » (mon nom en atteste) né à l’Hôtel-Dieu, comme mes parents, et exilé dans un village du nord de Lyon. Je ne met plus les pieds dans MA ville tellement les mesures de dissuasion sont nombreuses. La municipalité ne veut plus de nous … nous ne voulons plus d’elle.
    Que les commerçants en tirent la leçon.

    Réponse
    • Moi

      je partage !

      Réponse
  12. EmmaKS

    Tout a déjà été dit et redit dans les commentaires sur cet échec monumental
    Pourtant, si je partage beaucoup d’avis, ce n’est pas le cas de ceux qui prétendent que les gens n’y viendraient pas à cause des difficultés à se garer ou à circuler à Lyon
    Déjà ce n’est pas vraiment nouveau, ensuite le quartier est noir de monde en quasi permanence
    Donc, non, si ça ne prend pas c’est pour d’autres raisons
    Mon avis : ce lieu est froid, glacial même, sans vie et sans âme
    On a transformé notre vieil hôpital déglingué mais humaniste en un superbe vaisseau fantôme
    L’échec est avant tout architectural une fois n’est pas coutume, les architectes ne vivant pas dans leurs « chef d’œuvres »
    Mais ce n’est qu’un avis

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

vendredi 23 février

Saint Lazare


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…