Par Marco Polisson

Vente forcée, pression sur les conseillers, Benchmarking… les douteuses méthodes du Crédit Agricole étaient au menu de « Cash Investigation » sur France 2, diffusé le 4 février 2021. Le sujet pouvait à première vue paraître aride mais monté comme un thriller, il a séduit plus de 2 millions de téléspectateurs.

Dans le rôle de l’inspecteur des relevés de compte : Elise Lucet. Cette journaliste est des plus clivantes. On aime ou on n’aime pas. Les banquiers du Crédit Agricole sont certainement à placer dans la seconde catégorie. Avec son équipe, elle est partie enquêter sur les pratiques des banques en général et celles de la première de France, le Crédit Agricole, en particulier. « Cash Investigation » nous révèle que pour réaliser leurs objectifs commerciaux, certains de ses conseillers sont prêts à tout et nous explique comment ça se passe.

Selon cette enquête au long cours, le Crédit Agricole Champagne Bourgogne aurait mis en place un classement sur tableaux Excell où sont consignées les performances de tous les employés en termes de vente (assurances, produits d’épargne…). Ce suivi et ce classement « permettent de connaître la place de chaque conseiller par rapport à ses collègues. Comme ça, tout le monde sait si vous êtes un bon élève ou bien le cancre de la région » explique le journaliste.

« Cela peut pousser quelqu’un à faire des choses plus ou moins propres, comme des souscriptions de contrats où les clients ne sont pas forcément au courant ou même certains contrats qui sont faits sans être signés. Ce sont des choses qui arrivent assez fréquemment » témoigne anonymement l’employée du CA qui a aouté les documents.

Une méthode d’évaluation assimilée au benchmark interdite par le code du travail et qui a valu à une autre banque une condamnation pénale. Le reportage pourrait donner des idées procédurières à d’autres employés…  

Le témoin principal de l’enquête se nomme Gabriel Maurin (ci-dessous). Il est le seul ex-cadre du Crédit Agricole à avoir accepté de témoigner à visage découvert. Celui qui fut conseiller puis directeur d’agence (2007-2009) du Crédit Agricole est désormais pizzaiolo et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’y est pas allé avec le dos de sa spatule pour assaisonner son ancien employeur. « Ça ne manque pas du tout de ne plus me faire traiter de voleur ! » sourit-il face caméra.

« J’ai fait des choses contraires à l’éthique et à la morale », avoue-t-il, un brin gêné… « J’ai vendu à mes clients des produits qui ne correspondaient pas à leurs besoins, et là où ça a commencé à me poser des problèmes c’est quand j’ai obligé mes collaborateurs à le faire… » Jusqu’au jour où il a dit stop.

On découvre également dans le reportage que les clients de la banque sont abonnés d’office à « Dossier Familial » le magazine du Crédit Agricole (11,90 € par trimestre). C’est ainsi que la banque peut se targuer de publier le premier mensuel de France qui compte 1 million d’abonnés et lui rapporte 43 millions d’euros de chiffre d’affaires par an. Interrogée par France 2, une employée affirme que « c’est de la vente forcée ». Cash Investigation donne l’exemple de Jeanine, une cliente non voyante abonnée au magazine… à l’insu de son plein gré.

Si le Crédit Agricole Champagne Bourgogne est la principale caisse épinglée, il semblerait que ses méthodes ont cours dans toute la France malgré les dénégations de sa secrétaire générale, en difficulté face à Elise Lucet. Véronique Vaujour a accepté de se sacrifier en remplaçant au pied levé le PDG du Crédit Agricole Philippe Brassac.

Véronique Faujour, secrétaire générale du Crédit Agricole face à Elise Lucet. Il n’y a pas eu de match tant les preuves apportées par la journaliste étaient confondantes.

L’émission qui a rassemblé 2 323 000 téléspectateurs a été regardée avec attention à Lyon où l’omnipotence de la banque verte fait également grincer des dents, notamment chez les promoteurs depuis  que le Crédit Agricole Centre-Est a décidé de se développer dans l’immobilier. Nous reviendrons plus longuement sur ce terrain 😊 dans un prochain article.

  • Cash Investigation, spécial banque à regarder en replay en cliquant ici