Remise en forme et coaching à Lyon. Le fitness prend de plus en plus de poids

13 mai, 2024 | Actualités Sportives | 0 commentaires

Texte : Morgan Couturier – Suite aux bonnes résolutions de début d’année, propices aux inscriptions, les centres de fitness et de remise en forme, trouvent de plus en plus d’intérêt aux yeux du public. Face à la multiplication des enseignes, chacun essaye de surfer sur les tendances du moment. En parallèle, l’émergence du « body positive » pousse également à revoir l’approche de la discipline.

Ainsi vont les périodes et leurs inexorables marronniers. Le foie gras et les fêtes de fin d’année, ayant laissé çà et là quelques bourrelets sous les épines des Pinaceae, janvier et février ont pour habitude de susciter diverses résolutions, aux formes et aux durées bien disparates. Alors dans la froideur de l’hiver, où même le « Dry January », empêche de se réchauffer, nombreux sont les clients à s’être réfugiés dans la chaleur des salles de sport. Une force de l’esprit, plus qu’une force du corps, que les principales concernées essayent d’entretenir à leurs manières, conscientes de l’importance d’une saison où le nombre d’inscriptions est rapidement doublé.

Photo © Wellness Sport Club

« Il n’est jamais trop tard pour se fixer de nouveaux objectifs », aiment d’ailleurs à rappeler les spécialistes, bien qu’Apollon, et son corps dessiné, ait laissé place à d’autres attentes. Et à cette notion de bien-être de plus en plus prégnante, que le sport se propose aussi d’apporter. « Les gens ont envie de prendre du temps pour eux », valide ainsi l’enseigne lyonnaise Wellness, partisane du « body positive » et de l’acceptation de son corps. Car l’un n’empêche pas l’autre. Le culte du corps a beau être un concept, le sport aide aujourd’hui à se « sentir bien », le tout, boosté par la libération d’hormones et d’adrénaline. « Le sport, ce n’est pas que du dépassement de soi. Il y a de plus en plus de sport santé », complète-t-on encore du côté de Wellness, l’enseigne des frères Clamaron s’étant fait une spécialité de ce crédo.

 Sport et bien-être, un duo de choc

De quoi séduire les jeunes et les femmes notamment, friands de cours collectifs et de « musculation en profondeur ». Une bonne raison de sortir du canapé et de prendre goût aux très populaires cours de danse (Zumba, Bodyjam), de bodycombat, de boxe, de pole dance et autre Pilate, très en vogue actuellement, en atteste la création du Pilates Social Club en août 2024, par Margaux Dini et Linda Rihi (ci-dessous). « Chez nous, le Pilate reformer contribue à améliorer la force, la flexibilité et la posture, avec une approche unique pour sculpter le corps et renforcer les muscles profonds », décrivent les fondatrices de l’enseigne installée 41, rue des remparts d’Ainay, dans le 2earrondissement. Un argument de choix à l’heure où le prix des séances ou des abonnements réclame un retour sur investissement.

« Visuellement, on voit de vrais changements au bout de trois séances », promet alors Margaux Dini, à l’heure de vanter cette « discipline fitness dynamique », que les réseaux sociaux ne cessent de complimenter. « C’était un sport très branché à l’étranger, mais qui a mis longtemps à arriver en France. À force d’attendre, on a fini par créer ce lieu à notre image, avec notre regard de clientes, parce que nous somme de vraies passionnées. Le Pilate reformer est vraiment entraînant. On a la machine en main dès les premières minutes et un vrai lâcher prise », poursuit la fondatrice, dont le concept de studio « hyper instagrammable » a déjà conquis plus de 900 inscrits. « Énormément de personnes ont poussé la porte au fil de cette tendance », conclut l’entrepreneure, au sujet de cette discipline mêlant aussi, sport et santé.

Le boom du coaching privé

Reste que la remise en forme nourrit bien des ambitions, dont cette quête inamovible de résultats. Dès lors, d’autres enseignes s’inspirent de paris inverses, alimentés par la recherche d’un « potentiel physique » plus important. Aux côtés des marques grand public Basic Fit, Fitness Park ou Appart Fitness, s’imposent ainsi des enseignes où l’accompagnement se veut plus profond. A l’instar des salles de plus en plus florissantes d’On Air Fitness, mais aussi et surtout des clubs où le coaching personnalisé demeure un vrai leitmotiv.

« C’est le luxe du sport », confirme David Helena, directeur du Vertuose Club, une structure basée dans le 9e arrondissement, pour laquelle le coaching représente plus de 60% du chiffre d’affaires. Un parti-pris également assumé du côté de Social Pilates Club, où les 50 minutes de séance sont complétement prises en charge par ses instigatrices. « On ne fait rien sans nous », assure l’enseigne. Avant de poursuivre : « un coaching privé, on se rend compte que c’est le prix d’un déjeuner, avec un bénéfice santé plus important ».

Photo © Vertuose Club

« Ça demande une formation, une qualification des coachs. Mais il y a un accompagnement mental indéniable. Les clients réclament cet accompagnement. Ils ne veulent plus être laissés pour compte au sein d’un plateau de musculation, avec leurs vidéos vues sur les réseaux sociaux. Chez nous, tout est basé sur une explication technique, physiologique ou biomécanique. Nos clients se sentent considérés et suivis », expose le saillant David Helena, en atteste le succès croissant de ses offres de coaching à la carte (700€ les 10 séances) ou de sa formule abonnement avec quatre séances de coaching par semaine (vendue 169€/mois, ndlr).

Les réseaux sociaux, générateurs de nouvelles tendances

L’occasion pour lui, d’accompagner ses adhérents vers leurs transformations physiques. Ou sur la voie de nouvelles tendances. Dont… l’haltérophilie. « On retourne à des sports ancestraux, qui sont la genèse de la musculation. L’émergence du Crossfit a démocratisé l’haltérophilie. C’est quelque chose de très athlétique, qui permet de travailler en force, en explosivité et en vitesse. C’est incroyable comme la pratique renaît de ses cendres », dévoile-t-il, ce dernier expliquant ce retour en grâce, par l’explosion, encore une fois, de vidéos sur Internet.

Photo © Vertuose Club

« Le public est en éveil. Tu as vraiment intérêt à être à la page avec les réseaux sociaux. C’est tendance de dire que tu fais de l’haltérophilie. Il y a même des interviews de top-modèles qui valident cela. Et chez nous, il y a énormément de filles qui le pratiquent », embraye le Lyonnais, ancien adepte de cette pratique, désormais libérée de son image de corps ultra bodybuildés. Car on l’aura dit, la remise en forme n’implique pas nécessairement de se transformer. Pour preuve, la pratique de plus en plus répandue du Hyrox, « un concept mélangeant cardio intensif et musculation lourde », dévoile Émilien Jeannot, gérant d’Entresport, spécialisé dans le coaching sportif.

« Ça va faire un carton plein dans les prochaines années », poursuit-il, depuis sa salle du 46, rue Smith (Lyon Confluence), à l’intérieur de laquelle les clients se bousculent déjà pour s’essayer à cette discipline née outre-Rhin, où se confondent la course à pied et le crossfit. L’objectif ? Courir 8 kilomètres, entrecoupés chaque kilomètre, d’exercices physiques. Un idéal pour retrouver ou… garder la forme. Le tout, régulièrement accompagné. Preuve du bon sens de ce diction : « seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin » !

ENCADRE 
All in Country Club. C’est de la balle !

Depuis son inauguration en grande pompe en septembre 2023, All in Country Club demeure un must, en matière d’équipement sportif. En particulier pour les amateurs de tennis ou de padel, lesquels y retrouvent une panoplie de courts intérieurs et extérieurs. Mais le complexe multisport ne s’arrête pas là. Prévu pour être un « endroit comme nulle part ailleurs », le projet piloté par Jo-Wilfried Tsonga et Thierry Ascione, s’appuie également sur d’autres piliers, que sont sa salle de fitness de 560m2, son matériel haut de gamme et son suivi individualisé, mais aussi sa piscine semi-olympique et son espace bien-être, avec sauna, hammam, balnéothérapie et cryothérapie.

Pour autant, si un tel lieu fait la part belle à la pratique sportive, ce dernier n’en reste pas moins un site propice aux animations. Pour preuve, l’organisation le 15 février prochain, d’une Winter Party avec canon à neige et ambiance montagnarde. Comme quoi, le sport est à la fête. Quel que soit la forme.

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/morgan" target="_self">Morgan Couturier</a>

Morgan Couturier

Le journaliste de Lyon People, c’est bien lui ! En quête de scoops, toute info est la bienvenue !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

jeudi 30 mai

Saint Ferdinand


 

Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…