Victorieux dans la douleur à Nancy (0-2) lors de la 20e journée de L1 samedi, Lyon poursuit sa reprise en main après ses deux victoires en coupe, contre des clubs de Ligue 2, sans pour autant convaincre.

 

Ce succès ramène Lyon au pied du podium, à la quatrième place, trois points derrière Montpellier (3ème), en attendant la performance de Marseille face à Bordeaux dimanche en clôture de la journée. Nancy recule à la 14ème place et pourra regretter son manque de réalisme offensif et ses lacunes en défense. Malmenés pendant les trois-quarts du match, les Lyonnais doivent leur salut aux remplaçants Bastos, qui a tiré les deux corners amenant les buts, et Gonalons qui a inscrit le second. Mais les Lyonnais devront élever leur niveau de jeu s'ils veulent lutter dans le haut du classement. Jusqu'au premier but, l'attaque a semblé bien faible, sans imagination. Quant à la défense, sa lourdeur est flagrante. La rencontre partait pourtant sur un rythme élevé avec des Lorrains, nullement impressionnés. Dia était un véritable poison pour la charnière centrale lyonnaise CrisBoumsong, régulièrement débordée par le petit international sénégalais, qui se jouait également facilement de Reveillère sur le côté droit.

 

Si la première occasion lorraine était à mettre à l'actif de Féret (7), Dia s'est montré le plus dangereux face à Lloris. Celui-ci dégageait du bout des doigts un ballon dangereux (9) et gagnait son face-à-face (24). Quand Dia parvenait à marquer, son but était refusé pour un hors-jeu peu évident (12). En face, les Lyonnais ne réagissaient que par à-coups, grâce à Gomis (11, 23), seul animateur en attaque mais bien trop maladroit. La seconde période voyait les Rhodaniens subir encore davantage. Marange frappait de loin mais Lloris captait le ballon (60). Dia débordait côté droit et son centre était dévié sur le poteau par Cris (63). Nancy semblait avoir les affaires bien en mains. Mais Lyon restait stoïque et profitait d'une erreur de Bracigliano. Le gardien nancéien se trouait sur un corner de Bastos, rentré quelque minutes auparavant, et Cris poussait le ballon au fond (79). Sur la même action huit minutes plus tard, Chrétien dégageait mal et Gonalons, entré en jeu en même temps que l'attaquant brésilien, reprenait victorieusement (87).