couty Par Alain Vollerin

 

J'ai beaucoup rencontré Jean Couty. Nous faisions alors un film avec son ami le critique d'art René Deroudille qui fut à son égard d'une fidélité sans faille. Vous le verrez sur le site organisé sur Internet par son fils, dévoué et reconnaissant, Charles Couty.

 

J'ai beaucoup écrit à propos de Jean, dans le catalogue qui accompagne cette exposition, le témoignage le plus juste, le plus vrai est celui de Pierre Larock. Peut-être, parce qu'ils se voyaient  beaucoup, sur ce quai Conti, tout près de l'Institut où Jean méritait de pénétrer. Hélas ! Il n'était pas du bon cénacle à cet instant. Alors que depuis quelques temps, des illuminées déclament des sottises à faire braire les veaux, je veux donner la parole à Pierre Larock, qui écrit avec son cœur, et son expérience : « Jean, ce petit homme au visage carré, au doux regard de myope avait rencontré Katia à Lyon en 1940-42, lorsque venant de notre château de la Voulte-sur-Rhône, elle vendait difficilement quelques tableaux à la barbe des allemands. Couty était architecte, comme je le serai vingt ans plus tard. Il portait une grosse bague en onyx ornée d'une croix en argent qui me fascinait… Religion et construction ont orienté toute son œuvre. Enfant de Lyon, ville romaine de bâtisseurs, Couty sera toujours imprégné par l'esprit architectural, peignant plus tard toute une série d'églises et de cathédrales. Toutefois, je garde une prédilection pour ces paysages enneigés des quais de Lyon. Avec les couleurs vives des proues de remorqueurs se mirant dans le vert sombre et glacial de la Saône. »

 

Du 8 octobre au 30 décembre 2008

Galerie Larock-Granoff

13, quai Conti – 75 006 Paris – Tel : 01 43 54 41 92

www.jeancouty.fr