grolee-1.jpg Le désert Grolée – Photos © Fabrice Schiff

 

Le candidat UMP de la 2ème circonscription aux législatives redoute que l’échec de la rue Grolée rejaillisse sur le projet de l’Hôtel Dieu. Un dossier bâclé dont Gérard Collomb n’a pas fini d’entendre parler. 

 grolee-2.jpg

C’était dans l’air depuis plusieurs mois, mais c’est devenu définitif. Il y a quelques jours, la marque lyonnaise Zilli a annoncé la fermeture de son magasin de la rue Grolée. « C’est une étape de plus dans la descente aux enfers de ce quartier » tacle Emmanuel Hamelin en dénonçant la gestion de ce dossier par l’actuel locataire de l’hôtel de Ville : « Après la vente par Gérard Collomb en 2004 du patrimoine immobilier de la Ville au fond de pension américain Cargill pour la somme de 87 millions d’euros, celui-ci a revendu moins d’un an plus tard les seuls pas-de-porte, 99 millions d’euros à la société Docks lyonnais . Outre le fait d’avoir montré sa mauvaise gestion du dossier, le maire de Lyon pour se justifier de la perte de 12 millions de plus-value au détriment des Lyonnais, n’a cessé de promettre une transformation de ce quartier avec l’implantation de nombreuses enseignes de luxe. Aujourd’hui, seuls 3 des 40 locaux disponibles ont trouvé preneurs. Pour cacher cette misère commerciale, des autocollants « up in Lyon » ont été mis sur toutes les vitrines, mais personne n’est dupe… Le départ de Zilli ne fait que conforter malheureusement les critiques exprimées sur ce dossier que Gérard Collomb n’a pas su gérer, et qui a vidé un quartier du centre-ville. » De fait, le quartier Grolée est désertique et déserté, l’arrivée de la parfumerie bas de gamme Sephora à la place du so chic Old England ne s’inscrivant pas dans le sens souhaité, à savoir rameuter des marques de haute volée. Dans ce contexte, le candidat de la 2ème circonscription est dubitatif quant à la transformation de l’Hôtel Dieu : « On peut légitimement exprimer aujourd’hui, comme je l’ai fait à plusieurs reprises, des doutes sérieux quant à l’implantation de magasins de luxe dans le projet de l’Hôtel-Dieu que nous a présenté le Maire de Lyon. Ce qui n’a pu se faire rue Grolée, sera difficile à réaliser à côté. »