Par Marco Polisson

Après 9 jours de course, c’est la mort dans l’âme que le duo Lacombe père et fils a cru devoir rendre les armes dans les dunes de sable fin du désert saoudien. Mais la Providence veillait sur eux !

Plus de peur que de mal ! Engagés dans le Dakar Classic à bord du Mitsubishi Pajero n°785 (ex frères Marreau), Jean-Paul Lacombe et son fils Adrien se sont offert une belle frayeur au cours de la 9ème étape, alors qu’ils pointaient en 51ème position. Joint par Lyon People, Adrien nous raconte leur mésaventure : « Nous avons fait un tonneau lors d’une spéciale. Très impressionnant évidement… Les tonneaux je préfère les boire plutôt que de les encaisser… » s’amuse à postériori le directeur général délégué des vins Georges Duboeuf, dont il est le petit-fils.

« La voiture a subi énormément de dégâts mais pas nous heureusement. Les mécanos donnaient la voiture morte mais ils se sont mis à 5 dessus et des équipes nous ont prêté des pièces pour que nous repartions pour l’étape du lendemain. Malheureusement cette nouvelle journée s’est transformée en galère car nous avons enchainé avec une panne dans le désert sans moyen de communication… suivie d’une puis panne en pleine nuit qui nous a privé de phares… Nous avons terminé la journée sur le plateau mais sommes toujours en course ! »

La déception aurait pu être à la hauteur de la préparation à laquelle ils s’étaient astreints.

Mais le chef et son fils n’ont pas dit son dernier mot. Les deux pilotes ont repris la piste pour disputer l’étape Wadi Ad Dawasir – Bisha et Jean-Paul est toujours enchanté de partager en famille sa passion pour la course automobile sur un parcours éprouvant de 7840 kilomètres. « Je n’ai plus rien à prouver sur le plan professionnel » nous assurait-il quelques jours avant le départ, le nez plongé dans la carte et le road book de ses futures aventures.

Des aventures qui le conduisent sur la mythique piste du Dakar qui se déroule en Arabie Saoudite du 1er au 14 janvier 2022. Père et fils n’en sont pas à leur coup d’essai : ils sont familiers du Tour Auto et du Monte Carlo Historique. Mais le Dakar et ses dunes, c’est une tout autre paire de manche, comme ils l’ont constaté à leur dépens ! Le chef lyonnais, membre de la team de Vincent Tourneur avait pourtant suivi un stage intensif de franchissement de dunes.

Manifestement, un stage de rattrapage s’impose, cher Jean-Paul ! 😊

Nous avons également reçu des nouvelles de Pierre Guy Cellerier en piste avec son frère Franck. « C’est très dur mais on ne lâche rien ! » nous assurait-il après 8 jours de course, où ils pointaient en 68ème position.