Par Emma Ressegaire

Loin de Lyon. Premier déplacement officiel en binôme pour Grégory Doucet et Bruno Bernard. Le maire de Lyon et le président de la Métropole de Lyon ont opté pour la Suisse, plus précisément pour le siège mondial de l’OMS, théâtre de cette journée officiellement orientée autour de la crise sanitaire. Mais pas que…

Quand on partait sur les chemins… avec quel moyen de locomotion ? Le petit Grégory (Doucet) a-t-il abandonné son incontournable bicyclette ? La question s’est inévitablement posée, ce mercredi 29 juillet, date de la première sortie officielle pour le duo écologiste récemment élu. Qui a préféré le minibus au train électrique…

Une invitation qui tombe à pic…

Invités à quitter la capitale des Gaules, Grégory Doucet et Bruno Bernard ont donc affronté les quelque 150 kilomètres séparant Lyon de Genève, où les deux élus lyonnais étaient attendus au siège mondial de l’OMS, pour débattre de la gestion et du suivi des crises sanitaires, une thématique ayant la primeur de leur attention, si l’on en croit leur programme.

En effet, parmi les 10 chantiers prioritaires de la Métropole et de son président, figure le lancement d’une cellule de suivi des crises sanitaires qui peuvent toucher l’agglomération. L’objectif de celle-ci est de préparer le territoire à ces défis et organiser sa résilience avec l’ensemble des acteurs institutionnels et socio-économiques.

Lors de leur visite, les deux compères ont notamment rencontré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. L’occasion de discuter ensemble sur la prévention de ces fameuses crises, mais aussi d’échanger autour de l’Académie OMS, censée s’implanter à Lyon l’an prochain.

Objectif du « triple milliard » d’ici 2023

L’Académie OMS est un projet mené par l’institution de santé éponyme. Officialisée en juin 2019 sous la houlette du président de la République, Emmanuel Macron, lequel avait acté la création du centre de formation international de l’OMS, une école vouée à permettre aux cadres de santé du monde entier d’effectuer des formations.

L’objectif y est simple, à savoir répondre aux besoins d’apprentissage et de perfectionnement du personnel de l’OMS de manière à atteindre l’objectif du « triple milliard » : un milliard de personnes supplémentaires bénéficiant de la couverture sanitaire universelle, un milliard de personnes supplémentaires mieux protégées dans les situations d’urgence sanitaire et un milliard de personnes supplémentaires bénéficiant d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien-être.

Après avoir visité le Centre d’opérations d’urgence en santé, le duo écologiste a donc pu s’instruire sur le fameux projet d’Académie OMS, dont ils devront désormais surveiller la bonne instauration. Voilà pour la version officielle.

Un déplacement pour prendre l’air du lac Léman…

En off, il se murmure que ce déplacement loin de Lyon a constitué pour eux une bouffée d’oxygène. Les deux camarades, déjà épuisés, ont également entendu quelques conseils pour leur propre santé, alors que les critiques fusent sur leur mode de fonctionnement et « que la pression sur leurs épaules est déjà maximale, alors qu’ils ne sont élus que depuis un mois » selon Jérôme Safar.

Mal préparée, la première séance du conseil métropolitain qui s’est déroulée dans un « triste bordel » a exaspéré Bruno Bernard qui a réclamé des têtes. Avec ou sans exercice de respiration, lui et le petit Grégory sont en train d’apprendre – à leurs dépens – qu’être élu pour avoir beaucoup promis, n’est pas de tout repos.