Texte : Morgan Couturier(Mise à jour, le 23 février 2022) Installé derrière la mairie du 3e arrondissement, le garage Point S Auto Pneus Armanet est menacé de fermeture. Les écologistes veulent supprimer ses places de stationnement, ce qui pourrait signifier la fin d’activité de l’établissement. Un nouvel épisode rechappé de la série #Lyon écolo.

À surveiller de plus près le ballet incessant des voitures animant son garage et les innombrables appels téléphoniques rythmant sa journée, imaginer la fin d’une telle activité paraît utopique. Et pourtant, les jours passant, Christian Armanet semble s’y préparer. Par dépit, tant son activité paraît de plus en plus menacée. Ou pire, condamnée.

En cause, la décision de la mairie du 3e arrondissement de supprimer les places de stationnement entourant le siège de son activité, le garage Point S Auto Pneus Armanet sis 19, rue François Garcin. Le but ? « Installer des pots de fleurs et composteurs dans cette impasse », révèle l’intéressé, évidemment impacté par la nouvelle décoration choisie par la maire écologiste, Véronique Dubois Bertrand, une fidèle de Grégory Doucet.

« On pourra conserver l’accès au garage, mais par moment, j’ai 20 à 30 voitures par jour. Avec de telles installations, mon activité est morte. Je pourrais virer trois personnes et tourner à deux, mais ça voudrait dire abandonner l’enseigne Point S, et voir mon chiffre d’affaires chuter de 1 million d’euros à 300 000€ », regrette le chef d’entreprise qui a engagé une requête pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif.

« Il y a 15 jours, j’ai appelé un adjoint. Il m’a dit être au courant de rien »

Pire, le garagiste semblait prêt à trouver un compromis, en atteste sa volonté de racheter une dizaine de ces places de stationnement. Une demande repoussée par la mairie. « Je vais tout faire pour que ça ne se fasse pas, mais se battre contre des gens comme eux, c’est compliqué », regrette Christian Armenet. Des propos assumés, justifiés par l’absence de dialogue avec la mairie, et ce, malgré la proximité entre les deux entités quasiment mitoyennes. Selon nos informations, la confrontation devant le tribunal administratif a incité la mairie du 3e à engager une discussion. Celle-ci se veut plus ouverte, se disant même prête à « rééxaminer le projet ». « Elle a pris l’ampleur du problème. On espère arriver à une solution, nous sommes optimistes, d’autant que la Métropole de Lyon serait attentive à ce que dit la mairie du 3e », glisse l’avocat, maître Didier Saint-Avit

« Ils ne sont jamais venus me voir. C’est en parlant avec le gardien de la mairie que j’ai appris l’organisation d’une concertation, sinon je n’étais au courant de rien. Elle a eu lieu le 6 mai dernier, mais c’était une concertation ‘‘très marrante’’ en visio. Ils choisissaient déjà la couleur des bancs », aavit pourtant dévoilé le garagiste, installé sur place depuis 1993.

Habitué à réparer les dégâts occasionnés sur les véhicules de ses clients, Christian Armanet se serait en effet, bien passé de devoir réparer ceux d’élus complètement déconnectés de toute réalité économique*. Des dégâts qui pourraient être irréparables et envoyer à la casse une entreprise en pleine forme.

> Pour soutenir Christian : signer la pétition sur change.org

*Nous évoquerons prochainement un autre cas similaire, celui d’un camion pizza que les écologistes du 4ème veulent déloger de son emplacement.