Par Morgan Couturier, Philippe Lecoq et Marco Polisson

Six ans après disposé de Jean-Jack Queyranne, Laurent Wauquiez remettait en jeu son titre de président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Largement favori et soutenu par une belle escouade, l’élu Les Républicains devait néanmoins se méfier d’une riche concurrence.

Le changement a beau être agréable, le chemin le plus sûr vers la victoire est parfois celui de la continuité, un terme largement repris par Laurent Wauquiez au cours de sa nécessaire campagne de séduction. Le président sortant a soigneusement entretenu la flamme, six ans après avoir compris qu’une idylle est rarement infinie.

En 2015, son prédécesseur, Jean-Jack Queyranne l’avait appris à ses dépens (111 841 voix d’écart), malgré deux mandatures à son actif. Oui mais voilà, les vérités d’hier n’étant pas celles d’aujourd’hui, et malgré un bilan globalement positif, Laurent Wauquiez ne voulait pas se laisser aller à un trop-plein d’optimisme.

Si les sondages le donnent gagnant (35% des intentions de votes au 8 juin), l’élu républicain se méfiait ainsi de ses opposants, dont son principal adversaire, Andréa Kotarac. La figure du Rassemblement National, – autrefois élu conseiller régional au sein de l’Union de la Gauche -, ne semble pas tirer profit de la hype nationale de Marine Le Pen. Selon les premières estimations, il perdrait 10 points par rapport aux derniers sondages et la moitié de ses voix par rapport aux élections régionales de 2015.

Il est loin derrière Laurent Wauquiez tout comme les autres candidats, l’écologiste Fabienne Grebert ou Najat Vallaud-Belkacem qui sont au coude à coude. Du côté de la majorité présidentielle, ce serait la bérézina si Bruno Bonnell ne parvient pas à maintenir sa liste au second tour. « Je suis d’abord déçu par l’abstention » a déclaré le député de Villeurbanne, en attendant les résultats définitifs. et notamment les votes urbains, non connus à 20h. S’il n’atteint pas les 10% des suffrages exprimés, il ne pourra se maintenir au second tour.

Un plébiscite pour Laurent Wauquiez

Il ne s’est pas attardé. Comme le vent qui a balayé la ville dans l’après-midi, Laurent Wauquiez a juste fait un petit tour au premier étage du Selcius rénové aux couleurs méditerranéennes, où l’attendaient quelques élus et une flopée de journalistes des chaînes de télévision et de radios nationales pour sa déclaration. Annoncé à 20h15 le président sortant de la Région était à l’heure, une performance, mais grave, n’affichant pas un sourire pendant les cinq minutes de son intervention.

Entouré d’élus masqués, dont le maire de Valence, Nicolas Daragon, mais aussi – entre autres – les maires de Grigny, Xavier Odo, de Pierre-Bénite, Jérôme Moroge, Laurent Wauquiez a juste remercié les électeurs pour ce score de premier tour (+ de 44% des voix selon les premières tendances) sans manquer d’appeler à un sursaut des électeurs à se déplacer pour le second tour. « Notre région a besoin de vous » a-t-il notamment souligné, réclamant un « soutien le plus large possible » pour ancrer la solidité de sa politique.

« Avec notre équipe, nous avons proposé un projet clair avec une priorité affichée : la sécurité » en présence d’une poignée d’élus dont le maire du 2ème Pierre Oliver (ci-dessus). Pas un mot sur les listes concurrentes. Juste quelques satisfécits sur l’action menée et quelques mots sur l’insécurité ou la relocalisation des industries, les thèmes forts de sa campagne. Avec un mot clé cependant, l’espérance, celle d’un renouveau après « la terrible crise que nous avons traversée. Je suis né dans cette région, mes enfants aussi a-t-il ajouté. J’aime notre région car j’aime son énergie et sa beauté. Je suis convaincu qu’elle peut être notre socle ».


Résultats du premier tour 2021
Laurent Wauquiez (LR)    43,85%
Fabienne Grebert (EELV) 14,47%
Andréa Kotarac (RN)        12,32%
Najat Vallaud-Belkacem (PS)  11,42%
Bruno Bonnell (LREM)    9,82%
Cécile Cukierman (PC)     5,57%
Chantal Gomez (LO)         1,56%
Shella Gill (Divers)            0,65%
Farid Omeir (UDMF)        0,33%


 

Rappel résultats 2015

Premier tour
Laurent Wauquiez (LR UDI Modem) : 31,73%
Christophe Boudot (RN) : 25,52%
Jean-Jack Queyranne (PS, PRG) : 23,93%
Jean-Charles Kohlhaas (Verts, Parti de Gauche) : 6,9%
Cécile Cuckierman (PCF) : 5,39%
Gerbert Rambaud (Debout la France) : 2,85%
Eric Lafond (Nous Citoyens) : 1,56%
Chantal Gomez (LO) : 1,25%
Alain Fidèle (UPR) : 0,87%

Abstentions : 51,09%