Le calembour d’André Roibet. « L’arrivée des Verts, ce n’est pas la fin des haricots »

14 juillet, 2020 | POLITIQUE | 0 commentaires

Par Morgan Couturier

Fondateur du Groupe Tebior et « écologiste depuis toujours », le Pusignanais André Roibet a organisé une symbolique opération de distribution de 3 tonnes de haricots bio au siège de la Métropole. Qui n’a pas fait rire son président vert.

« Cette opération, c’est tout sauf de la com’ ». C’est là la force et le talent des spécialistes, même lorsque la forme et la présence du communicant Jean-Claude Pietrocola (Media Sport Promotion) semblent traduire le contraire. Il faut dire qu’André Roibet n’en est pas à son premier coup d’essai, lui qui depuis 20 ans, s’évertue à se faire entendre des politiques. Sans succès jusqu’à présent.

« L’élection du Bruno Bernard, on espère que ce sera un accélérateur », escompte le fondateur du Groupe Tebior, qui, depuis deux décennies, s’attache à valoriser la culture bio. Un argument favorable au natif de Pusignan, dont la volonté de « concilier l’économie, le biotop et l’agriculture », semble propice à un rapprochement avec le nouveau visage de la politique lyonnaise.

Une façon originale de promouvoir l’agriculture biologique

« S’il y a une telle vague, c’est qu’il y a un besoin. À Lyon, on a des paysans qui meurent à 500 mètres. Ça fait depuis 1989 que je le répète. Il n’y a pas de doute, on va se revoir », a glissé le quinquagénaire. Ou se voir tout simplement. Car malgré le tapage d’André Roibet et de sa distribution de haricots devant le siège de la Métropole, le nouveau président ne daigna pas sortir de son bureau.

Une déception pour la troupe de l’agitateur, dont l’opération visait à devenir « un moyen assez joyeux de présenter des dossiers ». « Vert, haricot vert, c’est drôle. Mais pour moi l’arrivée des verts, ce n’est pas la fin des haricots », poursuivait-il, malgré l’absence remarquée de son interlocuteur, le tristounet Bruno Bernard.

Il en va ainsi : l’espoir fait encore vivre, et pousser les légumes.

Surtout dans les paniers des employés du Grand Lyon, nombreux à avoir profité de cette opération pour se délecter de ces 3 tonnes de produits frais distribués. Une joyeuse bousculade s’en est suivie !

« On fait plaisir aux gens de la Métropole », s’est ainsi réjouit le Pusignanais. Un deal gagnant-gagnant donc, avant de s’adonner aux vraies rencontres. Une prochaine fois. Une chose est sûre, celles-ci n’auront pas lieu à l’hôtel de Ville, le petit Grégory n’ayant pas manifesté un enthousiasme extrême pour cette initiative.

Dès lors, faut-il comprendre que l’écologie se conjugue au pluriel ? La question demeure en suspens. Mais au vu des éléments, la culture, elle, semble avoir déjà plusieurs sens.

<a href="https://www.lyonpeople.com/author/marco" target="_self">Marco Polisson</a>

Marco Polisson

Rédacteur en chef
Co-fondateur du magazine.
En charge de la rédaction et responsable des partenariats.
Délégué à la protection des données RGPD

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

Aujourd’hui

mercredi 21 février

Saint Damien


Recevez la newsletter

Restez informé en temps réel !

View More Results…